Février 2015 - 4ème semaine

Pour tous les couples qui espèrent accueillir un enfant ou qui ont accepté l’idée de ne pas en avoir, pour tous les couples en démarche d’adoption…

« Courage, Calme, Confiance »  (devise empruntée au sanctuaire de Pellevoisin)

Au nom du Père et du Fils et Saint-Esprit. Amen.

Prions en ce jour avec :

Saint Padre Pio

Capucin, stigmatisé,

Commémoré le 22 septembre

padrepio

Prions avec saint Padre Pio : « Ô Christ ton règne est proche ;
Fais-nous participer à ton triomphe sur la terre, pour ensuite avoir part à ton royaume céleste.
Accorde-nous de pouvoir communiquer ton amour et d’annoncer ta royauté divine
par l’exemple de notre vie et par nos œuvres.
Prends possession de nos cœurs ici-bas, afin qu’ils soient tiens pour l’éternité.
Ne permets pas que nous nous éloignons de ta volonté : que ni la vie ni la mort ne parviennent à nous séparer de toi.
Que notre cœur ait sa source en toi, notre Sauveur, pour que, rassasiés de ton amour,
nous devenions les apôtres infatigables de ton règne.
Que nous mourions chaque jour à nous-mêmes pour ne vivre que de toi seul »

1. La Fécondité

 

« La raison ultime de l’efficacité apostolique de Padre Pio, la racine profonde de tant de fécondité spirituelle se trouve dans cette union intime et constante avec Dieu, dont les longues heures passées en prière et au confessionnal étaient le témoignage éloquent. Il aimait à répéter : « Je suis un pauvre frère qui prie », convaincu que « la prière est la meilleure arme que nous ayons, une clef qui ouvre le Cœur de Dieu ». Cette caractéristique fondamentale de sa spiritualité se poursuit dans les « Groupes de prière » qu’il a fondés et qui offrent à l’Eglise et à la société la formidable contribution d’une prière incessante et confiante. Padre Pio unissait à la prière une intense activité caritative dont la plus belle expression est la « Casa Sollievo della Sofferenza ». Prière et charité, voilà une synthèse plus que jamais concrète de l’enseignement de Padre Pio, qui est aujourd’hui reproposé à tous »
« Padre Pio de Pietrelcina, comme l’Apôtre Paul, plaça la Croix de son Seigneur au sommet de sa vie et de son apostolat, comme sa force, sa sagesse et sa gloire. Enflammé d’amour pour Jésus Christ, il se conforma à lui dans l’offrande de lui-même pour le salut du monde. En suivant et en imitant le Crucifié, il fut si généreux et si parfait qu’il aurait pu dire : « Avec le Christ, je suis fixé à la croix : je vis, mais ce n’est plus moi, c’est le Christ qui vit en moi » (Ga 2, 19-20). Et les trésors de grâce que Dieu lui avait accordés avec une largesse singulière, il les distribua sans répit par son ministère, servant les hommes et les femmes qui accouraient à lui toujours plus nombreux, et engendrant une multitude de fils et de filles spirituels »[i]stJean-Paul II, canonisation Padre Pio.

Par votre intercession, saint Padre Pio, que nous gardions nos cœurs brûlants d’amour pour le Christ afin que notre mariage porte du fruit et augmente en nous la capacité d’aimer.

Je vous salue Marie ×3

2. La Confiance en Dieu

 

« La paix est simplicité d’esprit, sérénité, tranquillité, lien d’amour. Elle est harmonie en nous ; elle est joie continuelle qui naît du témoignage de notre bonne conscience; c’est la sainte allégresse d’un cœur sur lequel Dieu règne. La paix est le chemin de la perfection. Mieux, c’est en elle que réside la perfection, et le démon, qui connaît fort bien tout cela, s’efforce de nous la faire perdre. Soyons donc vigilants au moindre symptôme de trouble ; dès que nous nous rendons compte que nous cédons au découragement, tournons-nous vers Dieu en toute confiance et avec un abandon total » .

« Pour Padre Pio la foi était la vie : il voulait tout et faisait tout à la lumière de la foi. Il s’investissait continuellement dans la prière. Il passait la journée et une grande partie de la nuit en dialogue avec Dieu. Il disait : « Dans les livres nous cherchons Dieu, dans la prière nous le trouvons. La prière est la clé qui ouvre le cœur de Dieu ». Sa foi le porta constamment à accepter la volonté mystérieuse de Dieu.
Il était en permanence immergé dans les réalités surnaturelles. Non seulement il était l’homme de l’espérance et de la confiance totale en Dieu, mais, par la parole et par l’exemple, il inspirait ces vertus à tous ceux qui l’approchaient.
Conscient des engagements pris dans la vie consacrée, il observait avec générosité les vœux professés. Il a été obéissant en tout aux ordres de ses supérieurs, même lorsqu’ils étaient difficiles. Son obéissance était surnaturelle dans l’intention, universelle dans son étendue et intégrale dans son exécution. Il pratiqua l’esprit de pauvreté avec un total détachement de lui-même, des biens terrestres, des commodités et des honneurs. Il a toujours eu une grande prédilection pour la vertu de chasteté. Son comportement était modeste partout et avec tous »[i].

Par votre intercession, saint Padre Pio, que nos craintes soient balayées afin de nous abandonner totalement au Christ Jésus.

Je vous salue Marie ×3

3. La Famille

 

« Ô âmes saintes qui êtes délivrées de tout tourment et jouissez déjà, au Ciel, d’un torrent de douceurs souveraines, oh, comme j’envie votre bonheur ! Ah ! Je vous en supplie, vous qui êtes si proches de la fontaine de vie, puisque vous me voyez mourir de soif en ce bas monde, faites-moi la faveur d’un peu de cette eau fraîche.
Ô âmes bienheureuses, je le confesse, j’ai vraiment trop dilapidé ce qui faisait mon lot, j’ai vraiment trop mal gardé une pierre très précieuse ; mais vive Dieu, car je sens que cette faute n’est pas irrémédiable.
Eh bien, âmes bienheureuses, ayez la gentillesse de m’aider un peu ; moi aussi, puisque mon âme ne peut trouver ce dont elle a besoin dans le repos et dans la nuit, je me lèverai comme l’épouse du Cantique des cantiques et je chercherai celui que mon âme aime : “Sur ma couche, la nuit, j’ai cherché celui que mon cœur aime”. Je le chercherai sans relâche, je le chercherai en toutes choses sans m’arrêter à aucune d’elles avant de l’avoir retrouvé sur le seuil de son royaume »[ii].

Par votre intercession, saint Padre Pio,que le Bon Dieu garde notre couple solidement uni grâce à la prière et à l’espérance.

Je vous salue Marie ×3

4. La Foi

 

« Cet infâme apostat (le démon) veut m’arracher du cœur ce que j’y ai de plus sacré : la foi. Il m’assaille à toutes les heures du jour : il tourmente mon sommeil à toutes les heures de la nuit. Jusqu’à aujourd’hui j’ai pleinement conscience qu’il n’a pas réussi à en avoir raison ; mais à l’avenir… Les tentations contre la foi sont de plus en plus nombreuses. Je vis donc dans l’obscurité parfaite, j’essaie de voir, mais en vain… Je n’ai pour me soutenir que la parole de l’autorité. Que la volonté de Dieu soit faite ! »[iii]


« Dieu se plaît à se révéler aux âmes simples ; efforçons-nous donc d’acquérir cette belle vertu, tenons-la en grande considération. Jésus a dit : « Si vous ne retournez à l’état des enfants, vous n’entrerez pas dans le Royaume de Cieux ». Mais, avant de nous l’enseigner en paroles, il l’avait mis en pratique dans les faits. Il s’est fait petit enfant et donna l’exemple de cette simplicité qu’il allait enseigner. Eloignons de notre cœur toute prudence terrestre. Tâchons d’avoir toujours un esprit pur, des idées droites, des intentions saintes. Toutefois, nous ne ferons jamais le moindre pas en avant si nous n’essayons pas de vivre dans la paix, une paix sainte et constante. Le joug de Jésus est doux et léger, ne donnons donc pas à l’ennemi l’occasion de s’insinuer dans notre cœur pour en arracher cette paix »[iii].


« Pour Padre Pio la foi était la vie: il voulait tout et faisait tout à la lumière de la foi. Il s’investissait continuellement dans la prière. Il passait la journée et une grande partie de la nuit en dialogue avec Dieu. Il disait: « Dans les livres nous cherchons Dieu, dans la prière nous le trouvons. La prière est la clé qui ouvre le cœur de Dieu ». Sa foi le porta constamment à accepter la volonté mystérieuse de Dieu. Il était en permanence immergé dans les réalités surnaturelles. Non seulement il était l’homme de l’espérance et de la confiance totale en Dieu, mais, par la parole et par l’exemple, il inspirait ces vertus à tous ceux qui l’approchaient.
Conscient des engagements pris dans la vie consacrée, il observait avec générosité les vœux professés. Il a été obéissant en tout aux ordres de ses supérieurs, même lorsqu’ils étaient difficiles. Son obéissance était surnaturelle dans l’intention, universelle dans son étendue et intégrale dans son exécution. Il pratiqua l’esprit de pauvreté avec un total détachement de lui-même, des biens terrestres, des commodités et des honneurs. Il a toujours eu une grande prédilection pour la vertu de chasteté. Son comportement était modeste partout et avec tous »[i].

Par votre intercession, saint Padre Pio, que nous maintenions fermement en nous un grand désir de sainteté malgré nos imperfections et de nos faiblesses.

Je vous salue Marie ×3

5. L’ouverture aux autres

« Ô Mère, mets en moi cet amour qui brûlait en ton cœur pour ton Fils.
Moi qui suis faible, j’admire le mystère de ton Immaculée Conception.
Je le désire ardemment : purifie mon cœur pour qu’il puisse mieux aimer Dieu ;
Purifie mon esprit pour qu’il puisse s’élever à lui et le contempler, l’adorer et le servir en esprit et en vérité ;
Purifie mon corps pour qu’il devienne un tabernacle moins indigne de la recevoir, lorsqu’il vient à moi dans l’Eucharistie »[iv]


« L’amour de Dieu le remplissait, répondant à toutes ses attentes ; la charité était le principe qui dirigeait ses journées : aimer Dieu et le faire aimer. Sa préoccupation particulière : grandir et faire grandir dans la charité.
Il manifesta le maximum de sa charité envers le prochain en accueillant, pendant plus de 50 ans, de très nombreuses personnes, qui accouraient à son ministère et à son confessionnal, à son conseil et à son réconfort. Il était comme assiégé : on le cherchait à l’église, à la sacristie, au couvent. Et il se donnait à tous, faisant revivre la foi, distribuant la grâce, portant la lumière. Mais il voyait l’image du Christ particulièrement dans les pauvres, en ceux qui souffrent ou qui sont malades, et il se donnait spécialement à eux.
Il a exercé de manière exemplaire la vertu de prudence, il agissait et conseillait à la lumière de Dieu. Son intérêt était la gloire de Dieu et le bien des âmes. Il a traité toutes les personnes avec justice, loyauté et grand respect »[i].

Par votre intercession, Saint Padre Pio, nous confions nos amis, frères et sœurs et connaissances qui attendent la vie. Que l’Esprit-Saint anime en nous douceur et bonté, écoute et présence dans notre amitié pour chacun d’eux.

Je vous salue Marie ×3

6. L’engagement dans la société

 

26 mars 1914 : « À la vue d’un pauvre, la grande compassion qu’éprouve mon âme suscite en elle un désir brûlant de lui venir en aide et, si je n’écoutais que ma volonté propre, j’irais jusqu’à me dépouiller de mes vêtements pour l’en revêtir ».

Le 10 août 1910, le frère Pio de Pietrelcina était ordonné prêtre, devenant ainsi Padre Pio. Au dos de l’image-souvenir de son ordination, une prière était inscrite, que le frère avait composée lui-même ; on y trouve en condensé ce que sera sa vie sacerdotale :

« Jésus, mon souffle et ma vie, aujourd’hui, en tremblant, je vous élève dans un mystère d’amour.
Qu’avec vous, je sois, pour le monde, Voie, Vérité et Vie et, par vous, prêtre saint, victime parfaite 
»[i]

« Enflammé de l’amour de Dieu et de l’amour du prochain, Padre Pio vécut pleinement sa vocation qui consistait à participer à la rédemption de l’homme, selon la mission spéciale qui caractérisa toute sa vie et qu’il réalisa par la direction spirituelle des fidèles, la réconciliation sacramentelle des pénitents et la célébration de l’Eucharistie. Le moment le plus éminent de son activité apostolique était celui où il célébrait la messe. Les fidèles qui y participaient y percevaient le sommet et la plénitude de sa spiritualité.

Dans le domaine de la charité sociale, il s’appliqua à soulager les souffrances et les misères de nombreuses familles, principalement par la fondation de la «Casa Sollievo della Sofferenza», inaugurée le 5 mai 1956 »3. « Padre Pio veut faire grandir Dieu en chacun, surtout les plus pauvres et les malades. Il n’a pas de temps pour lui, il se donne à tous. Il s’applique à soulager les souffrances et les misères de nombreuses familles, principalement par la fondation de la « Casa Sollievo della Sofferenza », la « Maison du soulagement de la souffrance », inaugurée le 5 mai 1956. Cet hôpital ultra-moderne est ouvert surtout aux plus pauvres. Pour qu’il puisse recevoir des dons, le Padre est dispensé du vœu de pauvreté.

Pour ce serviteur de Dieu, la foi s’incarne dans la vie et la prière déborde en gestes concrets d’amour. Il prie pour être toujours plus semblable au Christ, la prière étant « la meilleure arme que nous ayons, une clef qui ouvre le Cœur de Dieu ». Il passe la journée et une grande partie de la nuit en dialogue avec Dieu. Il répète à qui veut l’entendre : « Je suis un pauvre frère qui prie. » Sa foi l’immerge dans les réalités surnaturelles. Homme d’espérance et de confiance totale en Dieu, il inspire ceux et celles qui s’approchent de lui. Les groupes de prière qu’il a fondés prolongent sa mission spirituelle, mettant en pratique l’une de ses paroles : « Dans les livres nous cherchons Dieu, dans la prière nous le trouvons ».

Padre Pio affirmait que la vie était un calvaire qu’il nous convenait de gravir joyeusement. Sa santé ne fut jamais très florissante, surtout au cours des dernières années de sa vie. Il mourut serein le 23 septembre 1968, à l’âge de 81 ans, en prononçant ces deux mots : « Jésus, Marie ». Ses funérailles furent célébrées en présence d’une foule innombrable. Sa renommée de sainteté et ses miracles se répandirent encore plus après sa mort »[ii]article de Jacques Gauthier.

Par votre intercession, saint Padre Pio, nous vous confions toutes les lois et pratiques qui blessent la dignité que Dieu nous a donnée (Avortement,GPA, euthanasie, etc.).

Je vous salue Marie ×3

7. Frères et sœurs dans le Christ

 

« Oui, Jésus je t’aime et je sens même le besoin de t’aimer davantage ; mais, Jésus, de l’amour dans le cœur, je n’en ai plus, tu sais que je t’ai tout donné ; si tu veux plus d’amour, prends mon cœur et remplis-le de ton amour et, ensuite, commande-moi donc de t’aimer, je ne m’y refuserai pas, au contraire ; je t’en prie, fais-le, je le désire »[i]Lettre du 21. 03.1912.

« En 1987, Jean-Paul II vint s’agenouiller sur la tombe de Padre Pio, reconnaissant ainsi la sainteté du stigmatisé. Dès ce moment, plusieurs prêtres assouplirent leur position envers le thaumaturge. Jeune prêtre, Karol Wojtyla s’était déjà confessé auprès de Padre Pio. Plus tard, jeune évêque de Cracovie, il avait demandé au stigmatisé des prières en faveur d’une mère de cinq enfants, la psychiatre polonaise Wanda Poltawska, atteinte d’un cancer ; celle-ci a été guérie. Le 16 juin 2002, en présence de près d’un demi-million de personnes, il canonisa Padre Pio de Pietrelcina, qu’il avait béatifié en mai 1999. Sa fête liturgique fut immédiatement inscrite au calendrier romain général le 23 septembre.

Dans son homélie à cette occasion, Jean-Paul II montra que l’on ne comprend bien la sainteté de Padre Pio qu’en référence à la Croix : « Au cours de toute son existence, il a cherché à se configurer toujours davantage au Crucifié, en ayant clairement conscience d’avoir été appelé à collaborer de façon particulière à l’œuvre de la rédemption. » S’il fut un « généreux dispensateur de la miséricorde divine », selon l’expression du pape, c’est qu’il a placé Dieu au-dessus de tout, le considérant comme son unique bien ».

Par votre intercession, saint Padre Pio, je confie au Seigneur les intentions de chacun des membres de notre groupe de prière.

Je vous salue Marie ×3

Final :

Prière à Notre Dame

(Prière du Père Léonce de Grandmaison)


vierge marie statueSainte Marie, Mère de Dieu, gardez-moi un cœur d’enfant, pur et transparent comme une source ;

Obtenez-moi un cœur simple, qui ne savoure pas les tristesses,

Un cœur magnifique à se donner, tendre à la compassion, un cœur fidèle et généreux, qui n’oublie aucun bien et ne tienne rancune d’aucun mal.

Faites-moi un cœur doux et humble, aimant sans demander de retour, joyeux de s’effacer dans un autre Cœur, devant votre divin Fils.

Un cœur grand et indomptable, qu’aucune ingratitude ne ferme, qu’aucune indifférence ne lasse,

Un cœur tourmenté de la gloire de Jésus-Christ, blessé de son Amour, et dont la plaie ne guérisse qu’au ciel.

AMEN