Mai 2015 - 2ème semaine

Pour tous les couples qui espèrent accueillir un enfant ou qui ont accepté l’idée de ne pas en avoir, pour tous les couples en démarche d’adoption…

« Courage, Calme, Confiance »  (devise empruntée au sanctuaire de Pellevoisin)

Au nom du Père et du Fils et Saint-Esprit. Amen.

Prions en ce jour avec :

Saint Damien de Molokai

Martyr de la Charité, commémoré par l’Eglise le 10 mai.

 

Prions saint Damien avec saint Jean-Paul II :

st damien de momokai« Damien, Tu t’es laissé conduire par l’Esprit Saint
en fils obéissant à la volonté du Père.
Par ta vie et par ton œuvre missionnaire,
tu manifestes la tendresse
et la miséricorde du Christ pour toute personne, lui dévoilant la beauté de son être intérieur, qu’aucune maladie,
qu’aucune difformité, ni que nulle faiblesse, ne peut totalement défigurer.
Par ton action et par ta prédication, tu rappelles que Jésus a pris sur lui
la pauvreté et la souffrance de toute personne, et qu’il en a révélé la valeur mystérieuse.

Intercède auprès du Christ, médecin des corps et des âmes, pour nos frères et sœurs malades, afin que, dans les angoisses et les douleurs, ils ne se sentent pas abandonnés.
Mais unis au Seigneur ressuscité et à son Église, qu’ils découvrent que l’Esprit Saint vient les visiter et qu’ils obtiennent ainsi la consolation promise aux affligés. Amen »[i]

 1. La Famille

 

« Le futur Père Damien de Molokai, Joseph de Veuster, naît à Tremelo, un petit village proche de Louvain, le vendredi 3 janvier 1840. Il est le septième enfant d’une famille de huit. Ses parents, Frans De Veuster et Catherine Wouters, sont fermiers. Agriculteurs et commerçants, ils possèdent une ferme de quatre hectares. La gaieté et la gentillesse naturelle du petit Joseph en font le préféré de ses parents et l’ami de tous. A 13 ans, il arrête l’école et rejoint ses aînés à la ferme. Il inspire confiance. Très vite, son père destine « Dikke Jef » (le gros Jef) à prendre la tête de l’exploitation familiale. Pour s’y préparer, il est envoyé à Braine-le-Comte, dans le Hainaut wallon, pour y apprendre le français et compléter sa formation générale. En 1858, il suit les cours de l’Ecole Moyenne. Son bref séjour à Braine va être déterminant pour son avenir. C’est pour lui l’époque d’un mûrissement humain et spirituel qui le conduit à répondre à l’appel de Dieu dans la vie consacré. Le climat de l’école et une mission prêchée par des pères Rédemptoristes stimulent fortement ce cheminement. Quand il apprend la nouvelle de l’engagement religieux de sa sœur, il écrit à ses parents: « Quelle bonheur pour elle, chers parents. Elle a eu le bonheur de mener à bonne fin l’œuvre la plus difficile que nous avons à faire ici-bas. J’espère, chers parents, que ce sera à moi, maintenant à suivre ma carrière. Ne pourrais-je pas suivre votre fils Pamphile? » ».

Par votre intercession, saint Damien, que le Bon Dieu garde notre couple solidement uni grâce à la prière et à l’espérance.

Je vous salue Marie ×3

2. La confiance en Dieu

 

« Joseph décide de se consacrer à Dieu en entrant dans la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie (Picpus). Son frère Pamphile l’y a précédé. Le 02 février 1859, il commence son noviciat à Louvain et il prend le nom de Damien. Il alors dix-neuf ans. […] Damien prononce ses vœux perpétuels le 7 octobre 1860 […]. Au cours de la célébration, il passe sous le drap mortuaire pendant que l’on entonne le psaume 50. La prostration sous le drap mortuaire avait pour but de rappeler aux nouveaux religieux la nécessité de « mourir avec le Christ, afin que, comme lui, ils ressuscitent à une nouvelle vie » (Rm 6,5-6). Damien fera référence à ce drap mortuaire, aux étapes décisives de son existence. […] En 1863, son frère Pamphile, récemment ordonné prêtre, tombe malade. Il devait partir pour la mission des îles Hawaï… Les préparatifs du voyage était déjà faits. Alors, Damien force le destin. Il obtient du Supérieur Général la permission de prendre la place de son frère. […] Avant de partir, il suit une retraite, pendant laquelle le Supérieur Général revient sur thème de « l’Esprit de Sacrifice. » Damien embarque le 30 octobre 1863, non sans avoir pris soin avant de se faire prendre en photo où il prend l’attitude de Saint François-Xavier présentant la Croix du Christ aux païens. Il débarque à Honolulu le 19 mars 1864. Dès son arrivée, il se jette corps et âme, dans la rude vie de missionnaire itinérant sur l’île d’Hawaï, la plus grande de l’archipel. C’est une société hawaïenne cosmopolite que Damien découvre. […] Le 21 mai suivant, il est ordonné prêtre, dans la cathédrale d’Honolulu. Et sans plus tarder, Mgr. Maigret (vicaire apostolique) le désigne pour prendre en charge le district de Puna sur la grande île d’Hawaï ».

Par votre intercession, saint Damien, que nos craintes soient balayées afin de nous abandonner totalement au Christ Jésus.

Je vous salue Marie ×3

3. L’ouverture aux autres

 

« A pied, à cheval, à dos de mulet, il court à la recherche de son troupeau dispersé. Bientôt tout le monde connaît Matua Kamiano (Père Damien en hawaïen): « Je les aime beaucoup, je donnerai volontiers ma vie pour eux, comme l’a fait notre divin Sauveur » confesse Damien. […] Pour freiner la propagation de la lèpre le gouvernement décide, en 1866, de déporter à Molokai, une île voisine, tous ceux et celles qui sont atteints de ce mal alors incurable. Les lépreux sont mis dans une sorte de prison naturelle. Une langue de terre entourée par l’océan et séparée du reste de l’île par une barrière montagneuse infranchissable. En 1873, 797 lépreux avaient déjà été « isolés » et, sur le nombre, en sept ans, 311 étaient morts dans l’abandon presque total. 1873, c’est aussi cette année là où le norvégien Hansen découvre le bacille de la lèpre.

Le sort des lépreux préoccupe toute la mission. Mgr. Maigret, en parle à ses prêtres. Pour ne pas les exposer à un péril mortel, il ne veut y envoyer personne au nom de l’obéissance. Les quatre plus jeunes missionnaires sont volontaires : ils iront à tour de rôle visiter et assister les malheureux lépreux dans leur détresse. Damien est le premier à partir. Il expliquera plus tard son choix dans une lettre: « Ayant déjà passé sous le drap mortuaire le jour de mes vœux, je crus de mon devoir de m’offrir à Sa Grandeur, qui n’eut pas la cruauté de commander un tel sacrifice ».

Le samedi 10 mai 1873, son bateau accoste à Kalaupapa, sur l’île Molokai. […] Ce soir du 10 mai, le Père Damien n’a pour bagage que son bréviaire et son chapelet dort à l’abri d’un pandanus, à côté de l’église Sainte-Philomène. Alors que Damien devait passer deux à trois semaines à Kalawao, dès le 12 mai, il écrit une lettre à son supérieur: « Il doit y avoir un prêtre résidant dans ce poste… Vous connaissez ma disposition, je veux me sacrifier aux pauvres lépreux! » A sa demande et selon le désir des lépreux, il restera définitivement à Molokai. Damien a 33 ans. Pendant 16 ans, jusqu’à sa mort, Damien s’est enfermé, jusqu’à s’ensevelir, avec les lépreux de l’île de Molokai. Pour le missionnaire, c’est l’aboutissement d’un cheminement intérieur ».

Par votre intercession, saint Damien, nous confions nos amis, frères et sœurs et connaissances qui attendent la vie. Que l’Esprit-Saint anime en nous douceur et bonté, écoute et présence dans notre amitié pour chacun d’eux.

Je vous salue Marie ×3

4. La Fécondité

 

« Dévorés vivants par une horrible maladie, sans perspective de guérison, abandonnés des leurs, livrés à eux-mêmes, ils étaient devenu une jungle où les forts écrasaient les faibles. Le cœur de Damien s’est ému à la vue d’une telle détresse, il a rejoint ces déshérités et s’est fait l’un d’entre eux : « Nous autres Lépreux », disait-il dans ces prédications. Damien a épousé au nom du Christ la cause des lépreux : « Je me fais lépreux avec les lépreux ».

Chaque jour, il leur rend visite, les encourage par sa bonne humeur, leur procure des vivres, des vêtements chauds et des médicaments. Avec l’aide des plus valides, il construit des maisons, un orphelinat et une église. Il agrandit l’hôpital et le dote d’une installation pour les bains thérapeutiques. Il encourage l’agriculture et, pour agrémenter les loisirs, il fonde une fanfare. Il se préoccupe aussi des morts, à qui il procure des funérailles décentes. Pour les plus pauvres, il va même jusqu’à fabriquer des cercueils. Il obtient une aide accrue du gouvernement pour aménager une route et une conduite d’eau. Il fait venir d’Europe de l’aide matérielle. Par sa présence et par son action, sa gaieté, son sourire, un revirement se produit; l’ambiance de la léproserie est transformée: à la désespérance succède une étonnante joie de vivre. Tout compte fait, l’essentiel pour la léproserie, c’est, écrit-il, « une grande bonté pour tous, une tendre charité pour les nécessiteux, une douce compassion pour les infirmes et les moribonds, avec une solide instruction à mes auditeurs ». Toute l’action pastorale de Damien vise à redonner le goût de vivre. Le Christ s’est fait proche des lépreux pour guérir leur corps et leur redonner goût à la vie. Les « idées noires » de Kohala sont désormais bien loin. Damien rend l’amour plus contagieux que la lèpre ! ».

Par votre intercession, saint Damien, gardez nos cœurs brûlants d’amour pour le Christ afin que notre mariage porte du fruit et augmente en nous la capacité d’aimer.

Je vous salue Marie ×3

5. La Foi

 

« La séquestration volontaire de ce prêtre parmi les exclus est un signe de l’amour que Dieu leur porte. Fût-il demeuré muet, par sa présence, par ce qu’il est, par ce qu’il fait, le Père Damien est le témoin d’un Dieu qui, en son fils Jésus, rejoint la souffrance humaine et brise l’isolement :
« Ils sont hideux à voir, c’est vrai, disait-il, mais ils ont une âme rachetée au prix du sang du Sauveur. Lui aussi, dans sa divine charité, consola les lépreux. Si je ne puis les guérir, j’ai le moyen de les consoler. J’ai confiance que beaucoup, purifiés de la lèpre de l’âme par les sacrements, seront dignes, un jour, du ciel. » Comme son supérieur en témoigne: « Son cœur s’est attendri à la vue de tant de misères à soulager, de tant de bien à faire à ces âmes qui, jusque dans des corps en pourriture, sont toujours à l’image de Dieu ». Dans cette présence auprès des lépreux, Damien trouve sa joie : « Mon plus grand bonheur est de servir le Seigneur dans ses pauvres enfants malades, rejetés par les autres hommes. »

[…] Il puise sa force dans l’Eucharistie présence de Dieu au milieu des hommes : « L’Eucharistie est le signe le plus marqué de l’amour de Jésus-Christ pour nous et la cause la plus efficace de son amour pour nous. Il nous en nourrit tous les jours afin que nos cœurs, comme un brasier d’amour, échauffent les cœurs des fidèles. L’eucharistie est le pain des forts dont nous avons besoin pour voler aux emplois les plus rebutants et un remède contre le dégoût d’un ministère pénible et souvent décourageant », écrit-il en 1883.

Sans l’Eucharistie et sans l’adoration, Damien n’aurait jamais pu tenir : « C’est au pied de l’autel que nous trouvons la force nécessaire dans notre isolement… Sans le Saint sacrement, une position telle que la mienne ne serait pas soutenable. Mais ayant notre Seigneur à mes côtés, eh bien je continue d’être toujours gai et content. »

C’est là qu’il reçoit pour lui-même d’abord l’appui et l’encouragement, la consolation et l’espoir qu’il s’empresse de partager aux lépreux. Les frères et les sœurs de la Congrégation des Sacrés Cœurs, où qu’ils soient et quelles que soient leurs occupations, au nom du peuple qu’ils servent, retrempent leur énergie à cette source.

Pour Damien, l’adoration est vitale. Elle est la fine pointe de son identification au Christ et aux lépreux de Molokai. Elle est un lieu de conversion, où le pauvre se tourne vers son Dieu, et retourne ensuite à son travail, le cœur pacifié ».

Par votre intercession, saint Damien, que nous maintenions fermement en nous un grand désir de sainteté malgré nos imperfections et nos faiblesses.

Je vous salue Marie ×3

6. L’engagement dans la société

 

« Lorsqu’il se découvrira lépreux en 1884 et durant les quatre dernières années de sa vie, il vivra la grâce d’un ultime approfondissement spirituel. Il s’identifiera à Simon de Cyrène portant sa croix à la suite de Jésus jusqu’au sommet du calvaire. […] Cela ne le surprend pas. Il avait l’habitude de partager la pipe avec les lépreux, de manger du poï avec les doigts dans la calebasse commune, de panser les lépreux et de jouer insouciant avec les enfants malades. Le chemin de l’identification sur lequel il s’est engagé passe par là. […] Damien relie les événements à un autre moment fondateur de son existence d’homme religieux : sa profession. « C’est bien par le souvenir d’avoir été couché sous le drap mortuaire, il y a 25 ans, le jour de mes vœux que j’ai bravé le danger de contacter cette terrible maladie en faisant mon devoir ici et tâchant de mourir de plus en plus à moi-même. Au fur et à mesure que la maladie avance, je me trouve content et heureux à Kalawao », écrit-il à son évêque en 1885. […] La progression de la maladie n’arrête pas l’activité de Damien : il est prêtre, médecin, architecte et lépreux. Il continue et ne décourage pas. Damien est sur tous les chantiers, même pour celui de l’église Sainte Philomène si chère à ses yeux, qu’il doit reconstruire en partie et agrandir, après un ouragan. Sans cesse revient sous sa plume la mention d’un « étrange bonheur » : « je suis heureux et content ». La passion de Damien approche de son terme. Quelques semaines avant sa mort, l’objectif du photographe le saisit, comme tassé sur lui-même, broyé par la souffrance, au milieu des garçons de son orphelinat. A l’évidence, la mort est en lui, mais tout autour, la vie éclate. Pauvre, il gisait sur une paillasse posée par terre. Il avait reçu tant d’aumônes, mais restait dénué de tout. Il n’avait ni draps, ni linge de rechange. Il fallut trouver un lit qu’on eut peine à lui faire accepter ».

Par votre intercession, saint Damien, nous vous confions toutes les lois et les idées du monde qui blessent la dignité que Dieu nous a donnée (Avortement,GPA, euthanasie, etc.).

Je vous salue Marie ×3

7. Frères et sœurs dans le Christ

 

« Le père Windelin Moellers qui était sur place décrit les derniers jours de la vie de Damien:
« Le 28 mars, le Père Damien s’alitait définitivement. Il souffrait atrocement : sa maladie s’était concentrée dans sa bouche et dans sa gorge. Depuis le 28 mars, il n’a plus quitté sa chambre. Ce jour-là, il a arrangé ses affaires temporelles. Après avoir signé ses papiers, il me dit: « Que je suis content d’avoir tout donné à Monseigneur ; maintenant, je meurs pauvre, je n’ai plus rien à moi ».
Le samedi 30 mars, il a fait sa préparation à la mort. C’était vraiment édifiant de le voir; il paraissait si heureux. Lorsque j’eus entendu sa confession générale, je me confessais à lui ; ensuite nous renouvelâmes ensemble les vœux qui nous attachent à la Congrégation ».

Le 31 mars, Il reçut le saint viatique. Dans la journée, il était gai, joyeux comme d’habitude. « Voyez-vous mes mains ? dit-il, toutes mes plaies se ferment, la croûte devient noire : c’est signe de mort vous le savez. Voyez également mes yeux : j’ai vu tant de lépreux mourants, je ne me trompe pas, la mort n’est pas loin. J’aurais beaucoup désiré voir encore une fois Monseigneur ; mais le Bon Dieu m’appelle à célébrer les Pâques avec lui. Que Dieu en soit béni ». Il ne pensait plus qu’à se préparer à mourir. Il n’y avait plus à s’y méprendre, on voyait que la mort approchait ».

Le 2 avril, il reçut l’extrême-onction des mains du R.Père Conrardy. « Que Dieu est bon, me dit-t-il dans le courant de la journée, de m’avoir conservé assez longtemps pour avoir deux prêtres à côté de moi pour m’assister à mes derniers moments et puis, de savoir les bonnes sœurs de la Charité à la léproserie, c’était là mon Nunc dimittis. L’œuvre des lépreux est assurée, je ne suis donc plus nécessaire, ainsi sous peu je m’en irai là-haut ». […] Je lisais dans ses yeux la résignation, la joie, la satisfaction; mais ses lèvres ne pouvaient plus articuler les actes que son cœur formait; de temps à autre il me serrait affectueusement la main. »

Le 15 avril 1889, un lundi saint, il quitte cette terre […]. Il s’éteignit doucement, avec « le sourire, comme un enfant qui s’endort ». […] Le bon pasteur a donné sa vie pour ses brebis ». Le corps du Père Damien est alors porté à l’église pour y être exposé.

Le lendemain a lieu la célébration des funérailles. Il reposera à l’endroit qu’il avait indiqué, là-même où il avait passé sa première nuit, sous un pandanus… Les lépreux ont perdu leur père. Sur l’île, plane un silence douloureux. Une croix de marbre noir, sur sa tombe, porte ces mots: « A la mémoire du Père Damien de Veuster, mort martyr de la charité pour les infortunés lépreux ». Des services funèbres sont célébrés à sa mémoire à Honolulu, où l’évêque donne le titre « de Héros et de Martyrs de la charité chrétienne » […] Cinquante ans après sa mort, le 12 février 1935, le roi des Belges, Léopold, écrivait au président Roosevelt pour lui demander l’autorisation de transférer les restes du père Damien en Belgique. La dépouille mortelle du Père Damien de Veuster est ramenée à sa terre natale le 3 mai 1936. Son corps transporté triomphalement d’Anvers à Louvain, via Tremolo, son village natal. Damien de Molokai est inhumé dans l’église Saint-Antoine à Louvain ».

Par votre intercession, saint Damien, je confie au Seigneur les intentions de chacun des membres de notre groupe de prière.

Je vous salue Marie ×3

Final :

Prière à Notre Dame

(Prière du Père Léonce de Grandmaison)


vierge couronné angesSainte Marie, Mère de Dieu, gardez-moi un cœur d’enfant, pur et transparent comme une source ;

Obtenez-moi un cœur simple, qui ne savoure pas les tristesses,

Un cœur magnifique à se donner, tendre à la compassion, un cœur fidèle et généreux, qui n’oublie aucun bien et ne tienne rancune d’aucun mal.

Faites-moi un cœur doux et humble, aimant sans demander de retour, joyeux de s’effacer dans un autre Cœur, devant votre divin Fils.

Un cœur grand et indomptable, qu’aucune ingratitude ne ferme, qu’aucune indifférence ne lasse,

Un cœur tourmenté de la gloire de Jésus-Christ, blessé de son Amour, et dont la plaie ne guérisse qu’au ciel.

AMEN

 

Bibliographie :

Toutes les méditations sont tirées du site de la Congrégation des Sacrés Cœurs de Jésus et de Marie :

http://www.ssccpicpus.fr/article.asp?contenu_ssrub=Biographie+de+Damien+de+molokai+%28Joseph+de+Veuster%29+ss.cc++&contenu_rub=Bx+DAMIEN+DE+MOLOKA%CF