Avril 2015 - 4ème semaine

Pour tous les couples qui espèrent accueillir un enfant ou qui ont accepté l’idée de ne pas en avoir, pour tous les couples en démarche d’adoption…

« Courage, Calme, Confiance »  (devise empruntée au sanctuaire de Pellevoisin)

Au nom du Père et du Fils et Saint-Esprit. Amen.

Prions en ce jour avec :

Saint Maximilien-Marie Kolbe

st maximilien amrie kolbe

Confesseur, martyr

Commémoré par l’Eglise catholique le 14 août

Consacrons-nous à l’Immaculée avec le père Maximilien-Marie Kolbe :

« Immaculée-Conception, Reine du ciel et de la terre, Refuge des pécheurs et Mère très aimante, à qui Dieu voulut confier tout l’ordre de la Miséricorde, me voici à tes pieds, moi (votre nom) pauvre pécheur. Je t’en supplie, accepte mon être tout entier comme ton bien et ta propriété; agis en moi selon ta volonté, en mon âme et mon corps, en ma vie et ma mort et mon éternité.

Dispose avant tout de moi comme tu le désires, pour que se réalise enfin ce qui est dit de toi : « La Femme écrasera la tête du serpent » et aussi « Toi seule vaincras les hérésies dans le monde entier ».

Qu’en tes mains toutes pures, si riches de miséricorde, je devienne un instrument de ton amour, capable de ranimer et d’épanouir pleinement tant d’âmes tièdes ou égarées. Ainsi s’étendra sans fin le Règne du Cœur divin de Jésus.

Vraiment, ta seule présence attire les grâces qui convertissent et sanctifient les âmes, puisque la Grâce jaillit du Cœur divin de Jésus sur nous tous, en passant par tes mains maternelles ».

1.   La Famille

 

« Marie adore le Fils de Dieu : elle est la Vierge Mère. Elle a toujours été et sera toujours pour nous tous, la Mère la plus affectueuse : durant notre vie, au moment de notre mort et pour toute l’éternité. Rappelons-nous souvent cette vérité, surtout dans les épreuves extérieures mais aussi dans les difficultés intérieures qui sont les plus dures. Ne mets pas uniquement ta confiance en toi-même mais entièrement dans l’Immaculée, Médiatrice de toutes les grâces, alors tu vaincras toujours et sûrement ».

« Raymond Kolbe est né le 8 janvier 1894 à Zdunska Wola en Pologne, et baptisé le même jour à l’église Notre Dame de l’Assomption. Ses parents, ouvriers tisserands, sont de fervents catholiques. Ils habitent une modeste maison où ils ont installés un petit autel à Notre Dame. Les enfants reçoivent une solide éducation. Raymond, délicat et chétif avait un tempérament vif et obéissant. Très doué pour les études, il va à l’école de Pabianice. Un événement marque l’enfance de Raymond. En 1904-1905, sa maman le gronde et le punit. Alors qu’il prie Marie à l’église, la Vierge lui apparaît tenant dans ses mains deux couronnes : une blanche signe de la pureté, et une rouge signe du martyr. Il les accepte toutes les deux. Toute sa vie se réalisa selon ce dessein. Dès ce moment, il se confie totalement à Marie. La prière devient pour lui source de grâces et de conversion »ii.

« Avant d’atteindre l’« Everest de l’amour », Maximilien a dû suivre tout un chemin de conversion. […] Dans la petite église de Pabianice, […] Il va accepter que l’amour de la Vierge Marie le rejoigne pleinement là où il en est de son imperfection. C’est ainsi qu’il accepte la couronne rouge du témoignage et la couronne blanche de l’accueil de l’amour de Dieu. C’est cet amour qui va […] le conduire à se consacrer avec six autres frères à la Vierge à évangéliser le monde. […]. En s’offrant à la Vierge Marie, il sait que sa mission d’évangélisation passe d’abord par son chemin de conversion : grandir dans la charité et la confiance dans la faiblesse et la soumission. En effet toutes ses épreuves : la maladie et l’incompréhension des supérieurs de son ordre qui iront jusqu’à le soupçonner de vouloir diviser l’ordre franciscains lui apprendront que le moteur de toute évangélisation c’est un amour purifié. D’ailleurs, quand il sera arrêté pour être déporté à Auschwitz, il recommandera à ses frères de Niepokalanov de ne pas oublier l’amour. Apprendre la confiance, l’abandon en la fidélité de Dieu, accepter de tout lui remettre dans les situations de difficultés, c’est vraiment croire qu’il nous aime et nous connait et qu’il travaille à notre sanctification »[i].

Par votre intercession, saint Maximilien-Marie Kolbe, que le Bon Dieu garde notre couple solidement uni grâce à la prière et à l’espérance.

Je vous salue Marie ×3

2.   Fécondité

 

« Marie porte Jésus : elle est la Vierge priant et la première missionnaire. L’Immaculée veut étendre à l’humanité toute entière les fruits de la Rédemption accomplie par son Fils. Son seul désir est d’élever le niveau de notre vie spirituelle jusqu’aux sommets de la sainteté. Par conséquent, il est essentiel de devenir la propriété de l’Immaculée. Seulement alors, quand nous serons parfaitement obéissants à l’Immaculée, nous deviendrons un instrument exemplaire dans ses mains apostoliques ».

« Durant le Carême 1907, des Franciscains Conventuels prêchent une mission. Cela suscite chez Raymond l’appel à la vocation. A l’automne 1907, il entre au Séminaire des Frères Mineurs Conventuels de Leopoli, fasciné par l’idéal franciscain. Le 4 septembre 1910, Raymond revêt l’habit franciscain et prend le nom de Frère Maximilien. Le 5 septembre 1911, il prononce les premiers vœux religieux. De 1912 à 1919, il suit à Rome les cours de philosophie et de théologie. Il fait sa profession solennelle le 1er novembre 1914 et est ordonné prêtre le 28 avril 1918 ».[i]Sur le site de la Mission de l’Immaculée, chap : « Maximilien Kolbe, Apôtre et martyr » : avec modification de texte.

« Alors étudiant à Rome, il fonde avec six jeunes frères : la Mission de l’Immaculée pour convertir et sanctifier le monde avec l’aide de Marie. C’est un mouvement spirituel, missionnaire et marial : « Rendre au Christ le monde entier par l’Immaculée ». Les conditions sont la consécration totale à l’Immaculée et le port de la Médaille Miraculeuse : « Par Elle, avec Elle et en Elle, nous serons les instruments de son amour et de sa miséricorde ». Les moyens sont la prière, l’invocation à l’Esprit Saint et la diffusion de la Médaille Miraculeuse.

De 1919 à 1927, il organise l’apostolat en Pologne à l’aide de la revue Le Chevalier de l’Immaculée, qui s’adresse à tous les milieux sociaux. En 1929, il fonde à Niepokalanów la Cité de l’Immaculée. C’est un centre de spiritualité franciscaine très actif et une maison d’édition. Leur devise est : « la pauvreté franciscaine pour les frères, les machines perfectionnées pour l’apostolat ». Il devient ainsi un précurseur dans les médias. Il aimait dire : « L’amour ne se repose jamais, mais se propage comme un feu dévorant » »[i].

Par votre intercession, saint Maximilien-Marie Kolbe, gardez nos cœurs brûlants d’amour pour le Christ afin que notre mariage porte du fruit et augmente en nous la capacité d’aimer.

Je vous salue Marie ×3

3. La Confiance en Jésus et Marie

 

« Marie offre Le Fils : elle est la Vierge de l’offrande totale et du don de soi. Parce qu’elle est propriété parfaite de Jésus, et que Jésus est Dieu et lui-même propriété du Père Eternel, chacune de nos offrandes, même si elle est dirigée vers le Père, se purifie à travers l’Immaculée ».

« Abandonne-toi chaque jour davantage dans les mains de Jésus et de l’Immaculée ! Ne sois pas bouleversé par les revers et les difficultés, mais abandonne tout à l’Immaculée. Elle peut tout, elle fera ce qu’elle veut ».

« Le Père Kolbe a merveilleusement réalisé les affirmations du Concile Vatican II : « L’Eglise est, de par sa nature, missionnaire… Nous sommes tous missionnaires ». Il en était profondément pénétré. Dès son séjour à Rome, il rêvait de partir missionnaire en Asie. Il entretenait souvent des contacts avec des étudiants et des séminaristes venant des terres de mission. Dès le début du pontificat de Pie XI, « le Pape des missions », l’Ordre des Frères Mineurs Conventuels auquel appartenait le Père Maximilien, ouvrit de nombreuses missions en Asie et en Afrique. Le Père Kolbe s’offrit spontanément pour fonder une « Cité de l’Immaculée » au Japon. Son activité principale fut la rédaction et la diffusion de la revue Le Chevalier de l’Immaculée, mais il était heureux d’affirmer que, à la différence des missionnaires chargés d’un secteur ou d’une paroisse, son travail atteignait le pays tout entier et des personnes de toute religion et culture. Il entretint, en effet, d’excellentes relations avec bouddhistes, shintoïstes et protestants, dont quelques-uns collaboraient à ses publications. Nous savons que les projets du Père Kolbe allaient dans tous les pays et dans tous les continents : la Chine, l’Inde, mais aussi les pays arabes et l’Amérique latine. ».[i]

Par votre intercession, saint Maximilien-Marie Kolbe, que nos craintes soient balayées afin de nous abandonner totalement au Christ Jésus.

Je vous salue Marie ×3

4. La Famille

 

« Alors ne pas oublier de dire avec Jésus dans le Jardin des Oliviers : « Que ce ne soit pas ma volonté, mais la tienne qui se fasse ». Et si, comme cela s’est produit dans le Jardin des Oliviers, Dieu ne juge pas opportun de mettre à exécution notre demande mais nous envoie un calice à boire jusqu’à la dernière goutte, alors n’oublions pas que Jésus non seulement a souffert, mais aussi qu’il est ressuscité dans la Gloire. Rappelons-nous en outre que nous allons vers la résurrection aussi à travers la souffrance ».

« Auscultant le Père Maximilien Kolbe, le Dr Nagaï constate « un défi à la science ». Pas de doute pour lui : cet homme qu’il ausculte ne devrait pas être vivant !

Vers 1930, le docteur Takashi Nagaï rend visite à un Père franciscain tout juste arrivé au Japon : le futur saint Maximilien Kolbe. Cette rencontre le marque profondément. Il raconte :

« En me trouvant face au Père Kolbe qui m’a accueilli en ouvrant les deux bras, j’ai été saisi en sentant que tout son corps était comme enveloppé d’un grand sourire. Lorsqu’il me serra la main, j’ai compris qu’il était fié­vreux. Il devait avoir environ 38 degrés de fièvre. Je lui ai demandé :

– Ne vous sentez-vous pas malade ?

– Docteur Nagai, eh bien, auscultez-moi ! me répondit-il avec son lumineux sourire.

Je sortis mon stéthoscope et j’ai commencé de l’aus­culter. Mais bien vite j’ai été troublé et j’ai dit d’une voix très forte :

– Mais Père Kolbe, c’est grave ! Vous avez les deux poumons pris par la tuberculose ! C’est vraiment grave, vous devez sérieusement vous soigner et vous reposer !

Le Père Kolbe, imperturbable, continua de sourire, et calmement me dit :

– Merci, Docteur Nagai, vous êtes un très bon médecin. Vous savez, aussi bien à Rome qu’en Pologne, d’excellents médecins m’ont parlé comme vous pendant dix ans.

J’ai réagi en criant :

– Comment ? Depuis dix ans ?

Il souriait encore, alors que j’entendais à travers mon stéthoscope des râles inquiétants. Ce Chevalier de l’Immaculée parcourait donc le monde depuis plusieurs années, dans un tel état physique ! Moi, en tant que médecin, je me trouvais devant un cas incroyable, incompréhensible, un défi de la science. Et il continuait d’être actif et joyeux avec les quatre cinquièmes de ses poumons qui ne travaillaient plus, et une fièvre forte et continuelle. S’il avait été un malade normal, il aurait dû être depuis longtemps alité. Je restai profondément pensif en tortillant mon cou. Puis le Père Kolbe me tendit un chapelet en me disant avec un sourire sublime :

– Tout est là ! Tout est là ! » »[i]Takashi Nagai, trad. M.-R. Noir, Auscultant le Père Maximilien Kolbe, le Dr Nagaï constate « un défi à la science », article du 07/04/2011, Num 1735, In Famille Chrétienne (avec modification de texte)

Par votre intercession, saint Maximilien-Marie Kolbe, que nous maintenions fermement en nous un grand désir de sainteté malgré nos imperfections et nos faiblesses.

Je vous salue Marie ×3

5. L’ouverture aux autres

 

« Que souhaiter pour moi-même et pour toi de plus sublime ? Je ne connais rien de plus sublime que ce que Jésus a dit : « Il n’y a pas de plus grand amour que de donner sa vie pour ses amis » ».

« De retour en Pologne en 1936, il développe la Mission dans le but de conquérir le monde pour étendre le règne du Christ. Dès le début de la guerre, il est arrêté puis libéré le 8 décembre 1939. Il est définitivement arrêté le 17 février 1941 et emmené à la prison Pawiak de Varsovie. Le 28 mai 1941, il est transféré au camp d’Auschwitz. Malgré les privations, les persécutions et les souffrances, il demeure dans la paix et l’espérance. Le 30 juillet, il offre sa vie pour mourir dans le « bunker de la faim » à la place d’un père de famille, François Gajowniczek. Après une agonie de 15 jours durant laquelle il a aidé ses compagnons jusqu’au bout, il meurt par une injection de phénol le 14 août 1941. Son corps est brûlé au four crématoire le 15 août 1941, fête de l’Assomption »[i].

« À Auschwitz, Maximilien Kolbe […] a tant passé ses nuits à réconforter et confesser les autres prisonniers, que les SS ne pouvaient pas croiser son regard d’amour. Le point culminant où il va manifester cette autorité d’amour, c’est au moment du choix des prisonniers qui vont être désignés pour mourir dans le bunker. En effet lorsqu’il va sortir du rang pour demander à remplacer ce père de famille, le chef des SS va lui-même en être ébranlé : après un long temps de silence, il va accepter la requête alors qu’il aurait pu envoyer les onze prisonniers dans le bunker de la faim, montrant par là même une humanité qu’il ne semblait ne plus avoir. De nombreux prêtres  qui ont survécus ont été réveillés par son comportement sur la mission de pasteurs qu’ils avaient  à exercer dans ce camp auprès des autres prisonniers alors qu’ils avaient perdus eux-mêmes toute espérance.  Cette autorité il l’a encore exercée envers ses compagnons de cellule leur donnant la force pendant leur terrible agonie de pardonner et de prier pour leurs ennemis les soutenant jusqu’au  bout malgré sa maladie qui aurait dû le faire mourir parmi les premiers »[ii].

Par votre intercession, saint Maximilien-Marie Kolbe, nous confions nos amis, famille et connaissances qui attendent la vie. Que l’Esprit-Saint anime en nous douceur et bonté, écoute et présence dans notre amitié pour chacun d’eux

Je vous salue Marie ×3

6. L’engagement dans la société

 

« Quand nous rencontrons une difficulté que nous ne sommes pas en mesure de surmonter, ou si quelques tentations commencent à nous tourmenter avec insistance, ne nous décourageons pas, mais tournons-nous vers Marie en toute confiance tel des fils vers leur mère et elle saura nous infuser la lumière et la force nécessaires, elle nous prendra sur son cœur et adoucira les plus grandes amertumes. Il n’existe pas dans le monde un seul lieu privé de croix ; du reste sans les croix, nous ne pourrions gagner le Paradis. Ne fuyons donc pas trop la Croix mais si cela est nécessaire, prenons-la sur les épaules et portons-la volontiers par amour pour l’Immaculée ».

« Aujourd’hui, son œuvre continue… La Mission de l’Immaculée demeure bien présente dans le monde. Elle compte plus de 4 millions de membres répartis en 46 pays. « Aimer l’Immaculée et se consacrer à Elle totalement » est le secret de ce chemin de sainteté que la Mission de l’Immaculée propose à tous ses membres dans le monde entier. Saint Maximilien Kolbe est un témoin de l’Evangile et un modèle pour les chrétiens qui se mettent sous la protection de Marie »[i].

Par votre intercession, saint Maximilien-Marie Kolbe, nous vous confions toutes les lois et les idées du monde qui blessent la dignité que Dieu nous a donnée (Avortement,GPA, euthanasie, etc.).

Je vous salue Marie ×3

7. Frères et sœurs dans le Christ

 

« En effet, la prière est encore un moyen mal connu, cependant, c’est le plus efficace pour rétablir la paix dans les âmes, parce qu’elle sert à les rapprocher de l’amour de Dieu. La prière fait renaître le monde. C’est la condition indispensable pour la régénération et la vie de chaque âme ».

« J’ai moi-même peur de la souffrance et de l’humiliation mais je me rassure, en pensant que, même Jésus, dans le Jardin des Oliviers, n’a pas éprouvé un sentiment différent. Les grâces viennent au moment où nous en avons besoin ! »

« Maximilien aurait pu passer sa vie à se lamenter sur son sort, handicapé très jeune par sa maladie, pourtant aujourd’hui ce qui ressort c’est qu’il a eu une vie pleine. La promesse que le Christ nous fait en Jn 10,10b n’est pas seulement pour notre vie future elle est pour nous dès maintenant. Rappelons-nous cette parole de Benoît XVI expliquant le « N’ayez pas peur » de Jean Paul II « Quand on donne à Dieu, Dieu n’enlève rien mais redonne pleinement ». En se donnant totalement à Dieu à travers la Vierge Marie Maximilien est devenu pleinement lui-même »[i].

« Le Père Kolbe est béatifié par le pape Paul VI le 17 octobre 1971. Il est canonisé par le pape Jean-Paul II le 10 octobre 1982 et prier comme martyr. Saint Maximilien est le protecteur de tous en ces temps difficiles. « Seul l’amour est force de création ! ». L’homme qu’il a sauvé, François Gajowniczek, a assisté à la béatification et à la canonisation. Il est décédé le 14 mars 1995 »[ii].

Par votre intercession, saint Maximilien-Marie Kolbe, je confie au Seigneur les intentions des membres de notre groupe de prière.

Je vous salue Marie ×3

Final :

Prière à Notre Dame

(Prière du Père Léonce de Grandmaison)

saint maximilien kolbe avec marieSainte Marie, Mère de Dieu, gardez-moi un cœur d’enfant, pur et transparent comme une source ;

Obtenez-moi un cœur simple, qui ne savoure pas les tristesses,

Un cœur magnifique à se donner, tendre à la compassion, un cœur fidèle et généreux, qui n’oublie aucun bien et ne tienne rancune d’aucun mal.

Faites-moi un cœur doux et humble, aimant sans demander de retour, joyeux de s’effacer dans un autre Cœur, devant votre divin Fils.

Un cœur grand et indomptable, qu’aucune ingratitude ne ferme, qu’aucune indifférence ne lasse,

Un cœur tourmenté de la gloire de Jésus-Christ, blessé de son Amour, et dont la plaie ne guérisse qu’au ciel.

AMEN