Juillet 2015 - 4ème semaine

Pour tous les couples qui espèrent accueillir un enfant ou qui ont accepté l’idée de ne pas en avoir, pour tous les couples en démarche d’adoption…

« Courage, Calme, Confiance »  (devise empruntée au sanctuaire de Pellevoisin)

Au nom du Père et du Fils et Saint-Esprit. Amen.

Prions en ce jour avec :

Sainte Elisabeth et saint Zacharie

Parents de saint Jean-Baptiste,

Commémorés le 23 septembre et 5 novembre (Eglises d’Orient).

 

elisabeth-garofalo-detail« Seigneur, Merci pour notre couple, merci de nous avoir donnés l’un à l’autre, merci pour ton amour qui nous unit.

Tu connais notre engagement de nous aimer fidèlement toute notre vie et notre désir de voir couronnée notre union par la venue d’un enfant que tu nous confieras pour en faire un fils ou une fille selon ton cœur.

C’est pourquoi nous venons à toi aujourd’hui.

Tu as vu la souffrance d’Abraham et de Sarah de ne pas avoir d’enfant et tu leur as donné Isaac.

Tu as entendu la prière de Zacharie et d’Elisabeth et tu leur as donné Jean-Baptiste.

Par leur intercession nous te supplions en ce jour, exauce notre prière et donne-nous la joie d’accueillir la vie dans notre foyer. Amen »[i]Prière écrite par Thierry Fourchaud

 1. La Fécondité

 

« Zacharie est issu de la famille d’Abias appartenant à la tribu sacerdotale de Levi. Selon la coutume introduite chez le peuple juif, il chercha une compagne parmi les filles d’Aaron, il eut le bonheur et la grâce de choisir Elisabeth, cousine de la sainte Vierge.

Dans la Sainte-Ecriture, saint Luc nous donne la description de ce couple fidèle à Dieu : « Tous deux étaient justes devant Dieu et ils suivaient, irréprochables, tous les commandements et observance du Seigneur. »[i]Evangile selon saint Luc, chap. I, 6

Cependant, aux yeux du monde leur mariage était méprisé, on le réputait malheureux, car Elisabeth n’avait point conçu d’enfants et la stérilité était considérée comme une honte chez le peuple juif. Les époux subirent l’opprobre de l’opinion majoritaire avec patience, ils savaient que Dieu était avec eux. Comme d’autres couples saints donnés en exemple dans la Bible auxquels notre Seigneur fit attendre un enfant, ils ne cessaient de prier et d’offrir leur épreuve »[ii]avec modification de langage.

Par votre intercession, sainte Elisabeth et saint Zacharie, gardez nos cœurs brûlants d’amour pour le Christ afin que notre mariage porte du fruit et augmente en nous la capacité d’aimer.

Je vous salue Marie ×3

2. La confiance en Dieu

 

« Or, tandis que Zacharie, au jour fixé pour les prêtres de son groupe, assurait le service du culte devant Dieu, il fut désigné par le sort, suivant l’usage liturgique, pour aller offrir l’encens dans le sanctuaire du Seigneur. Toute l’assemblée du peuple se tenait dehors en prière à l’heure de l’offrande de l’encens. L’ange du Seigneur lui apparut debout à droite de l’autel de l’encens. En le voyant, Zacharie fut bouleversé et saisi de crainte. L’ange lui dit : « Sois sans crainte, Zacharie, car ta supplication a été entendue : ta femme Élisabeth te donnera un fils, et tu le nommeras Jean. Tu seras dans la joie et l’allégresse, beaucoup d’hommes se réjouiront de sa naissance, car il sera grand devant le Seigneur. Il ne boira pas de vin ni de boissons fermentées, et il sera rempli de l’Esprit Saint dès avant sa naissance ; il fera revenir de nombreux fils d’Israël au Seigneur leur Dieu, il marchera devant le Seigneur, avec l’esprit et la puissance du prophète Élie, pour faire revenir le cœur des pères vers leurs enfants, convertir les rebelles à la sagesse des hommes droits, et préparer au Seigneur un peuple capable de l’accueillir. »

Mais Zacharie dit à l’ange : « Comment vais-je savoir que cela arrivera ? Moi, je suis un vieil homme, et ma femme aussi est âgée. » L’ange lui répondit : « Je suis Gabriel ; je me tiens en présence de Dieu, et j’ai été envoyé pour te parler et pour t’annoncer cette bonne nouvelle. Mais voici que tu devras garder le silence, et tu ne pourras plus parler jusqu’au jour où cela se réalisera, parce que tu n’as pas cru à mes paroles : elles s’accompliront lorsque leur temps viendra. »

Le peuple attendait Zacharie et s’étonnait de voir qu’il restait si longtemps dans le sanctuaire. Quand il sortit, il ne pouvait pas leur parler, et ils comprirent qu’il avait eu une vision dans le sanctuaire. Il leur faisait des signes, car il demeurait muet »[i]Evangile selon saint Luc, Chap. I, 8-22.

« Zacharie n’a aucune excuse de douter. Le voici dans le sanctuaire du Seigneur, brûlant de l’encens-une occasion unique car c’est un moment privilégié dans un espace sacré. Il y a même un ange qui apparaît. […] Comme prêtre, il suit tous les commandements, toutes les prescriptions de la loi. Pourtant, il doute, il ne croit pas. Sa fidélité ne s’incarne pas en une foi vivante à un moment crucial. Ne tombons-nous pas dans le même dilemme ? Nous récitons de nombreuses prières, mais nous réagissons avec scepticisme quand Dieu nous fait une requête. […]

Zacharie pensait que son âge empêcherait l’accomplissement du plan de Dieu. Il sous-estimait la puissance de Dieu. Car ce n’est pas Dieu qui est limité, c’est plutôt nous qui limitons Dieu. Tout au long de la Bible, Dieu fait appel à des personnes invraisemblables. Moïse probablement bégayait (Ex 4, 10). Jérémie était « trop jeune » (Jr 1, 6). Pierre était peu instruit (Ac 4,13). Saul de Tarse haïssait les Chrétiens (Ac 9,1)… Tous étaient des prophètes ou apôtres improbables – pourtant ils ont permis à Dieu de se servir d’eux. Quelle est mon excuse pour dire non à Dieu ? […] Dieu poursuivit son plan malgré le manque de foi de Zacharie. Le Tout Puissant voulait absolument mettre sur terre un héraut digne de son Fils (Jean Baptiste). Il laissa Zacharie devenir muet pendant quelques temps. […]. Dieu peut faire quelque chose d’inattendu dans notre vie afin de faire avancer le plan qui nous est destiné. Ces revers, ces contretemps, ne sont-ils pas voulus par Dieu ? Dieu ne nous prépare-t-il pas ainsi pour un plus grand bien ?»[ii]

Par votre intercession, sainte Elisabeth et saint Zacharie, que nos craintes soient balayées afin de nous abandonner totalement au Christ Jésus.

Je vous salue Marie ×3

3. La Famille

 

« Tout est possible au Seigneur notre Dieu. Élisabeth, stérile, a conçu dans sa vieillesse un fils qui sera le Prophète de ton Fils, celui qui Lui préparera le chemin. Le Seigneur lui a enlevé son opprobre et son souvenir restera parmi les peuples uni à ton nom, comme le nom de sa créature à celui de ton Saint, et jusqu’à la fin des siècles les nations vous proclameront bienheureuses pour la grâce du Seigneur venue jusqu’à vous et jusqu’à toi spécialement, venue aux nations par ton intermédiaire. Élisabeth en est à son sixième mois et le poids qu’elle porte fait monter en elle la joie et la fera monter davantage quand elle connaîtra ta propre joie. Rien n’est impossible à Dieu, Marie, pleine de Grâce. Que dois-je dire à mon Seigneur ? Ne te laisse pas troubler par aucune pensée. Le Seigneur veillera sur tes intérêts si tu te fies à Lui. Le monde, le Ciel, l’Éternel attendent ta parole ! »

Marie, croisant à son tour ses mains sur sa poitrine et se courbant en une profonde inclination dit : « Voici la servante du Seigneur. Qu’il me soit fait selon sa parole. »»[i]Maria Valtorta, L’Evangile tel qu’il m’a été révélé, Tome 1, chap.23

Aussitôt, Marie se hâta d’aller à Hébron pour visiter sa cousine Elisabeth, âgée et fatiguée de sa grossesse. Elle l’aida dans toutes les tâches de maison, même les plus humbles. L’amitié et la gratuité dans leur relation nous donne un exemple de douceur dans les devoirs familiaux. Par leur sainteté, les deux femmes rayonnent ainsi de la grâce de Dieu dans leur maison.

Par votre intercession, sainte Elisabeth et saint Zacharie, que le Bon Dieu nous garde notre couple solidement uni grâce à la prière et à l’espérance.

Je vous salue Marie ×3

4. L’ouverture aux autres

 

La visitation de Marie à sa cousine Elisabeth :

« Une femme d’âge plutôt avancé, déjà toute ridée avec des cheveux très grisonnants. Ses cheveux devaient être très noirs parce que très noirs sont encore ses cils et ses sourcils et qu’elle était très brune, le teint de son visage l’indique clairement. Contrastant étrangement avec sa vieillesse évidente, sa grossesse est déjà très apparente, malgré l’ampleur de ses vêtements. Elle regarde en faisant signe de la main. Elle a reconnu Marie. Elle lève les bras au ciel avec un : « Oh ! » étonné et joyeux et se hâte, autant qu’il lui est possible, à la rencontre de Marie. Marie aussi toujours réservée dans sa démarche se met à courir agile comme un faon et elle arrive au pied de l’escalier en même temps qu’Élisabeth. Marie reçoit sur son cœur avec une vive avec un : « Ah ! » où se mêlent la douleur et la joie et elle porte la main sur son ventre grossi. Elle penche son visage, pâlissant et rougissant alternativement. Marie et le serviteur tendent les mains pour la soutenir parce qu’elle vacille comme si elle se sentait mal. Mais Élisabeth, après être restée une minute comme recueillie en elle-même, lève un visage tellement radieux qu’il semble rajeuni. Elle regarde Marie avec vénération en souriant comme si elle voyait un ange et puis elle s’incline en un profond salut en disant :

« Bénie es-tu parmi toutes les femmes ! Béni le Fruit de ton sein ! (elle prononce ainsi deux phrases bien détachées). Comment ai-je mérité que vienne à moi, ta servante, la Mère de mon Seigneur ? Voilà qu’au son de ta voix l’enfant a bondi de joie dans mon sein, et lorsque je t’ai embrassée, l’Esprit du Seigneur m’a dit les très hautes vérités dans les profondeurs de mon cœur. Bienheureuse es-tu d’avoir cru qu’à Dieu serait possible même ce qui ne semble pas possible à l’esprit humain ! Bénie es-tu parce que, grâce à ta foi, tu feras accomplir les choses qui t’ont été prédites par le Seigneur et les prophéties des Prophètes pour ce temps-ci ! Bénie es-tu pour le Salut que tu as engendré pour la descendance de Jacob ! Bénie est-tu pour avoir apporté la Sainteté à mon fils qui, je le sens, bondit comme une jeune chevrette pour la joie qu’il éprouve, en mon sein ! C’est qu’il se sent délivré du poids de la faute, appelé à être le Précurseur, sanctifié avant la Rédemption par le Saint qui croît en toi ! » »[i]Maria Valtorta, L’Evangile tel qu’il m’a été révélé, Tome 1.

La visite de Marie n’est pas une simple visite de courtoisie. Elle relève d’une charité particulière, inséparable de la foi, animée d’un élan incomparable. Un Père de l’Église, saint Ambroise, a écrit: « L’aspérité des montagnes n’arrête pas le zèle de la Vierge, ni la longueur du chemin, tellement elle est désireuse de rendre service ». La démarche de Marie dit aussi tout le mystère rédempteur et son incroyable humilité. « Il faut remarquer, ajoute le même auteur, que c’est le supérieur qui vient à l’inférieur pour que l’inférieur soit secouru: Marie vient à Élisabeth et le Christ à Jean ».

Les textes choisis pour la solennité de la Visitation nous rappellent que le christianisme est la religion de la joie, du bonheur parfait, même si actuellement nous ne sommes que des « apprentis joyeux et heureux ». Marie et Élisabeth, ces deux femmes inspirées par l’Esprit, montrent que cette joie est essentiellement suscitée par l’accomplissement des promesses divines. Elles nous donnent également une image parfaite de la joie chrétienne. Élisabeth est heureuse de la joie de Marie. Marie est heureuse de la joie d’Élisabeth. La joie véritable est inséparable de la charité. Si on la cherche aux dépens du bonheur des autres, elle relève de la caricature. Elle est encore bien imparfaite si l’on ne cherche pas à la partager »[ii]D’après Marcel Driot, Le Saint du jour, mediaPaul.

Par votre intercession, sainte Elisabeth et saint Zacharie, nous confions nos amis, frères et sœurs et connaissances qui attendent la vie. Que l’Esprit-Saint anime en nous douceur et bonté, écoute et présence dans notre amitié pour chacun d’eux.

Je vous salue Marie ×3

5. La Foi

 

« Le huitième jour, ils vinrent pour la circoncision de l’enfant. Ils voulaient l’appeler Zacharie, du nom de son père. Mais sa mère prit la parole et déclara : « Non, il s’appellera Jean. »

On lui dit : « Personne dans ta famille ne porte ce nom-là ! »

On demandait par signes au père comment il voulait l’appeler.

Il se fit donner une tablette sur laquelle il écrivit : « Jean est son nom. » Et tout le monde en fut étonné.

À l’instant même, sa bouche s’ouvrit, sa langue se délia : il parlait et il bénissait Dieu.»[i]Evangile selon saint Luc, Chap. I, 59-64.

En écrivant : « Jean est son nom », allant ainsi à l’encontre de la tradition, Zacharie montre son acceptation totale au plan de Dieu. Il accepte désormais sans réserve la parole de l’ange et peut de nouveau parler.

Par votre intercession, sainte Elisabeth et saint Zacharie, que nous maintenions fermement en nous un grand désir de sainteté malgré nos imperfections et nos faiblesses.

Je vous salue Marie ×3

6. L’engagement dans la société

 

« Lors de la Circoncision de son fils, Zacharie fut tout à coup saisi de l’Esprit-Saint, et, d’une voix prophétique, entonna le Benedictus. Ce cantique de joie et d’espérance a mérité l’honneur d’être reproduit tout entier par l’Evangile, et l’Eglise le fait réciter chaque jour à ses religieux et à ses clercs à l’office des Laudes[i] :

Béni soit le Seigneur, le Dieu d’Israël
qui visite et rachète son peuple.

Il a fait surgir la force qui nous sauve
dans la maison de David, son serviteur,

Comme il l’avait dit par la bouche de Saints,
par ses prophètes, depuis les temps anciens :

Salut qui nous arrache à l’ennemi,
à la main de tous nos oppresseurs,

Amour qu’il montre envers nos pères,
mémoire de son alliance sainte,

Serment juré à notre père Abraham,
de nous rendre sans crainte,

Afin que délivrés de la main des ennemis
nous le servions, dans la justice et la sainteté
en sa présence, tout au long de nos jours.

Et toi, petit enfant, tu seras appelé prophète du Très-Haut :
tu marcheras devant, à la face du Seigneur, et tu prépareras ses chemins

Pour donner à son peuple de connaître le salut
par la rémission de ses péchés,

Grâce à la tendresse, à l’amour de notre Dieu,
quand nous visite l’astre d’en haut,

Pour illuminer ceux qui habitent les ténèbres et l’ombre de la mort,
pour conduire nos pas au chemin de la paix.
[ii]Evangile selon saint Luc, Chap. I, 67-79..

« Il appartenait au père de Jean-Baptiste de résumer toutes les prophéties au moment où leur accomplissement était si proche, et, en présence du précurseur et de la mère du Christ, d’annoncer la venue prochaine du Messie. Ainsi sa parole aussi forte que son silence, préludait à l’apostolat de Jean-Baptiste en indiquant le chemin que suivrait le précurseur pour préparer les voies de Dieu »[iii]Evangile selon saint Luc, Chap. I, 67-79.

Par votre intercession, sainte Elisabeth et saint Zacharie, nous vous confions toutes les lois et pratiques qui blessent la dignité que Dieu nous a donnée (Avortement,GPA, euthanasie, etc.).

Je vous salue Marie ×3

7. Frères et sœurs dans le Christ

 

« Si l’on accepte une tradition fort répandue en Orient, et appuyée sur l’autorité de plusieurs pères de l’Eglise, à l’époque du massacre des Innocents, Elisabeth, avertie elle aussi par un ange, prit son enfant entre ses bras et s’enfuit la nuit dans les montagnes. Après une longue course, elle s’arrête épuisée de fatigue, sans ressources et sans abri, elle ne douta point de la Providence divine, et comme un pic escarpé se dressait devant elle et l’empêchait de passer, d’une voix inspirée elle s’écria : « Montagne de Dieu, recevez-moi avec mon fils. » A ces mots, la montagne s’entrouvrit avec respect devant la mère et l’enfant qu’elle cacha dans son sein, et un ange, éclatant de lumière, descendit dans cette demeure improvisée pour être le gardien du Précurseur.

Cependant les satellites d’Hérode arrivèrent à la maison de Zacharie, et ils réclamèrent le nouveau-né. Zacharie se trouvait ce jour-là dans le temple, et il était auprès de l’autel occupé à son ministère. Hérode le fit saisir par ses soldats et comparaître devant son tribunal. Il le somma d’indiquer le refuge qu’avait trouvé son fils. Zacharie refusa de répondre, et comme les menaces et les promesses étaient impuissantes à vaincre son silence obstiné, les soldats le conduisirent au temple, et ne reculant point devant ce dernier sacrilège, ils le tuèrent dans le vestibule de l’autel. Le peuple attendit le pontife et, comme on ne le voyait point revenir, il entra dans le temple et il ne trouva que le cadavre de Zacharie.

L’Eglise grecque honore Zacharie le 5 septembre comme un prêtre, un prophète et un martyr. En occident la fête a été fixée au 5 novembre, et dans plusieurs églises on célèbre sa mémoire le même jour que celle de sainte Elisabeth.

L’Occident a le bonheur de posséder les reliques du père de Jean-Baptiste et, chaque année, le pèlerinage national de France à Rome peut aller vénérer à Venise le corps de saint Zacharie. Sa tête se trouve à Rome dans l’église de Saint-Jean de Latran, et Baronius rapporte que plusieurs fois il en est sorti du sang »[i].

Par votre intercession, sainte Elisabeth et saint Zacharie, je confie au Seigneur les intentions de chacun des membres de notre groupe de prière.

Je vous salue Marie ×3

Final :

Prière à Notre Dame

(Prière du Père Léonce de Grandmaison)



la visitation
Sainte Marie, Mère de Dieu, gardez-moi un cœur d’enfant, pur et transparent comme une source ;

Obtenez-moi un cœur simple, qui ne savoure pas les tristesses,

Un cœur magnifique à se donner, tendre à la compassion, un cœur fidèle et généreux, qui n’oublie aucun bien et ne tienne rancune d’aucun mal.

Faites-moi un cœur doux et humble, aimant sans demander de retour, joyeux de s’effacer dans un autre Cœur, devant votre divin Fils.

Un cœur grand et indomptable, qu’aucune ingratitude ne ferme, qu’aucune indifférence ne lasse,

Un cœur tourmenté de la gloire de Jésus-Christ, blessé de son Amour, et dont la plaie ne guérisse qu’au ciel.

AMEN