Novembre 2015 - 2ème semaine

Pour tous les couples qui espèrent accueillir un enfant ou qui ont accepté l’idée de ne pas en avoir, pour tous les couples en démarche d’adoption…

« Courage, Calme, Confiance »  (devise empruntée au sanctuaire de Pellevoisin)

Au nom du Père et du Fils et Saint-Esprit. Amen.

Prions en ce jour avec :

Bienheureux Luigi et Maria Beltrame Quattrocchi

Premier couple à avoir été béatifié conjointement,

Témoins de l’amour conjugal et du service à la vie,

Commémorés le 25 novembre

 

18909512_p« Dieu Eternel et Tout Puissant, Vous nous donnez toujours plus de preuves de Votre Amour quand Vous nous faites partager Votre gloire par vos Saints du Ciel. Nous Vous remercions pour Vos Serviteurs, les Bienheureux Luigi et Maria Baltrame Quattrochi, pour leur vie si conforme à l’Evangile. Nous Vous remercions pour leur exemplarité dans leur vie d’époux catholiques, mettant leur foi vivante et vraie au centre de leur quotidien.

Nous Vous demandons, par leur intercession, de grandir en amour pour devenir un couple saint, et s’il plaît à Dieu de nous exaucer, nous Vous demandons, la grâce d’accueillir des enfants dans notre famille.

Amen[i]spiritualité chrétienne modifiée

 1. La Fécondité

 

« Dans l’évangile il est dit que : « Le Seigneur désigna soixante-douze disciples et les envoya deux par deux en avant de lui, dans toute ville et tout endroit où lui-même devait aller. Et il leur disait : « La moisson est abondante, mais les ouvriers peu nombreux; priez donc le Maître de la moisson d’envoyer des ouvriers à sa moisson ». (Saint Luc 10, 1-2)

Les époux Beltrame-Quattrocchi font un peu penser à ces binômes missionnaires, auxquels Notre Seigneur Jésus-Christ confia la première mission d’évangélisation de la Palestine. Leur ardent amour mutuel, enraciné dans la charité du Christ, a porté des fruits exemplaires dans l’éducation de leurs enfants ; leur famille a rayonné autour d’elle son bonheur et sa foi, et a su se faire accueillante aux malheurs d’autrui ; enfin elle a porté la Croix qui l’a bonifiée jusqu’à l’héroïsme »[1]Notre Dame de la Chrétienté.

« Ecoutons le Pape Jean-Paul II : « Aujourd’hui, nous nous sommes donné rendez-vous pour la béatification de deux époux :  Luigi et Maria Beltrame Quattrocchi. A travers cet acte ecclésial solennel, nous entendons mettre en lumière un exemple de réponse affirmative à la question du Christ. La réponse est donnée par deux époux, qui ont vécu à Rome dans la première moitié du vingtième siècle, un siècle au cours duquel la foi dans le Christ a été mise à dure épreuve. Egalement au cours de ces années difficiles, les deux époux Luigi et Maria ont gardé allumée la lampe de la foi – lumen Christi – et l’ont transmise à leurs quatre enfants, dont trois sont aujourd’hui présents dans cette Basilique. Très chers amis, votre Mère écrivait ce qui suit à votre propos :  « Nous les avons élevés dans la foi, afin qu’ils connaissent Dieu et qu’ils l’aiment » (La chaîne et la trame, p. 9). Mais vos parents ont également transmis cette flamme vive à leurs amis, à leurs connaissances, à leurs collègues… A présent, du Ciel, ils la donnent à toute l’Eglise »[2]Homélie du Pape jean Paul II, Chapelle papale pour la béatification des serviteurs de Dieu, Luigi Beltrame Quattrocchi et Maria Corsini, époux, le dimanche 21 octobre 2001.

Par votre intercession, Bienheureux Maria et Luigi, gardez nos cœurs brûlants d’amour pour le Christ afin que notre mariage porte du fruit et augmente en nous la capacité d’aimer.

Je vous salue Marie ×3

2. La Famille

 

« Luigi Beltrame, dans son enfance, est confié par ses parents à son oncle et à sa tante, les Quattrocchi, un couple sans enfant. C’est par l’intermédiaire de cette famille d’adoption qu’il rencontrera Maria, sa future épouse, dont la famille est amie des Quattrocchi.

Leur mariage, célébré le 25 novembre 1905 dans la basilique romaine de Sainte Marie Majeure, est précédé de huit mois de fiançailles. Un temps d’approfondissement de leur amour, dans la pureté et le respect de l’autre ; un temps de découverte mutuelle à travers l’échange de nombreuses lettres. Les termes employés par Luigi dans ces lignes témoignent de l’ardeur de son amour : il l’« adore comme une idole ». Cependant, il faut voir dans ces expressions une exagération poétique, car leur union conjugale, loin d’être idolâtrique, s’appuie sur leur commun amour du Christ et de l’Église.

Ensemble ils fondent une famille pleinement chrétienne. Une pièce de leur maison est aménagée en chapelle. Chaque soir ils s’y réunissent avec leurs quatre enfants pour célébrer une petite liturgie domestique où les Litanies de Notre-Dame tiennent la meilleure place. Tous assistent quotidiennement à la Sainte Messe. Ils confient volontiers à des prêtres la direction de leurs âmes.

Luigi et Maria, sans avoir rien forcé, verront éclore trois vocations parmi leurs quatre enfants : deux bénédictins et une bénédictine. Ils s’en réjouissent, même s’ils ressentent très vivement la douleur de l’inévitable séparation. Maria est la première confidente des aspirations de ses enfants à la vie religieuse. Elle les accompagne comme elle peut, en les encourageant discrètement. Même après l’entrée au noviciat, à travers ses lettres, elle soutient leur courage et les aide, par ses conseils, à traverser les moments difficiles. Luigi, de son côté, les met en garde contre la tentation facile d’embrasser l’état ecclésiastique pour « faire carrière » et non pour répondre à un réel appel de Dieu ».[1]Notre Dame de la Chrétienté

Par votre intercession, Bienheureux Maria et Luigi, que le Bon Dieu garde notre couple solidement uni grâce à la prière et à l’espérance.

Je vous salue Marie ×3

3. L’ouverture aux autres

 

«  L’action de Luigi et Maria ne se cantonne pas au cercle familial. Une famille heureuse attire toujours. La maison des Beltrame-Quattrocchi devient un lieu de refuge pour bien des misères.

Pendant la guerre ils accueillent clandestinement des juifs et les aident à échapper à la déportation et à la mort. En temps de paix, un jeune médecin est tombé en dépression parce que ses parents n’acceptent pas la jeune fille qu’il veut épouser. Après avoir trouvé repos et réconfort auprès de Maria, il passera outre, épousera celle qu’il aime et filera un parfait bonheur.

Maria met d’ailleurs à profit ses dons littéraires pour diffuser son expérience de mère et d’épouse à travers de nombreux livres où elle promeut la religion, la vie, la famille, l’amour de la patrie.

Luigi, quant à lui, corrige, avant impression, les erreurs d’étourderie qu’il décèle dans les écrits de son épouse. Il fonde un groupe de jeunes, qui se rattache rapidement au scoutisme naissant, où il assumera de hautes responsabilités. Engagés l’un et l’autre dans l’Action Catholique, les deux époux participeront au mouvement de renaissance chrétienne après-guerre.

C’est ce rayonnement de leur foyer, et la notoriété qu’il leur a valu, qui poussa Jean-Paul II à les béatifier, le 21 octobre 2001, faisant d’eux le premier couple béatifié, en tant que couple »[1]Notre Dame de la Chrétienté.

Par votre intercession, Bienheureux Maria et Luigi, nous confions nos amis, famille et connaissances qui attendent la vie. Que l’Esprit-Saint anime en nous douceur et bonté, écoute et présence dans notre amitié pour chacun d’eux.

Je vous salue Marie ×3

4. La Foi

 

« Les grâces s’achètent souvent au prix de la souffrance. On n’arrive à la sainteté que par la Croix. Celle-ci n’a pas été absente de la vie des Beltrame-Quattrocchi. Lors de la quatrième grossesse de Maria une épreuve terrible les touche. Les médecins décèlent un problème de santé et le verdict tombe : il est impossible de sauver à la fois la mère et l’enfant. Luigi est au chevet de Maria, lorsque le médecin propose l’avortement.

Les deux époux échangent un regard et ensemble répondent qu’ils refusent ce que défend l’Église. Le médecin insiste en faisant remarquer à Luigi qu’il va devoir élever seul ses quatre enfants. La réponse est toujours non. L’accouchement sera difficile, et laissera la mère dans un état critique. Mais elle survivra, ainsi que son enfant et ils passeront encore de longues années sur cette terre.

Bien des années après, Luigi est le premier à mourir. Après son premier infarctus, Maria vit dans l’angoisse perpétuelle de le retrouver un jour étendu sur le sol. Elle dissimule ses craintes afin de n’en pas faire porter le poids à Luigi. Et après le décès de son mari, elle ressent un vide immense, l’absence de celui à qui elle s’était donnée et avait tout donné. Elle portera cette plaie béante dans son cœur, jusqu’au jour où elle le rejoindra au Ciel des Bienheureux »[1]Notre Dame de la Chrétienté.

Par votre intercession, Bienheureux Maria et Luigi, que nous maintenions fermement en nous un grand désir de sainteté malgré nos imperfections et nos faiblesses.

Je vous salue Marie ×3

5. La confiance en Dieu

« En puisant à la Parole de Dieu et au témoignage des saints, les bienheureux époux ont vécu une vie ordinaire d’une façon extraordinaire. Parmi les joies et les soucis d’une famille normale, ils ont su réaliser une existence extraordinairement riche de spiritualité. Au centre, l’Eucharistie quotidienne, à laquelle s’ajoutait la dévotion filiale à la Vierge Marie, invoquée avec le Rosaire récité chaque soir, et la référence à de sages conseillers spirituels. Ils ont ainsi su accompagner leurs enfants dans le discernement de leur vocation, en les entraînant à évaluer chaque chose « du toit vers le haut », comme ils aimaient souvent à le souligner de façon amicale.

La richesse de foi et d’amour des époux Luigi et Maria Beltrame Quattrocchi est une démonstration vivante de ce que le Concile Vatican II a affirmé à propos de l’appel de tous les fidèles à la sainteté, en spécifiant que les époux poursuivent cet objectif « propriam viam sequentes« , « en suivant leur propre voie » (Lumen gentium, n. 41). Cette indication précise du Concile trouve aujourd’hui sa réalisation effective avec la première béatification d’un couple d’époux:  leur fidélité à l’Evangile et l’héroïcité de leurs vertus ont été constatées à partir de leur vie comme époux et comme parents.

Dans leur vie, ainsi que dans celle de tant d’autres couples d’époux qui accomplissent chaque jour avec dévouement leurs tâches de parents, on peut contempler la révélation sacramentelle de l’amour du Christ pour l’Eglise. En effet, les époux, « en accomplissant leur mission conjugale et familiale avec la force de ce sacrement, pénétrés de l’Esprit du Christ qui imprègne toute leur vie de foi, d’espérance et de charité, parviennent de plus en plus à leur perfection personnelle et à leur sanctification mutuelle; c’est ainsi qu’ensemble, ils contribuent à la glorification de Dieu » (Gaudium et spes, n. 48) »[1]Homélie du Pape jean Paul II, Chapelle papale pour la béatification des serviteurs de Dieu, Luigi Beltrame Quattrocchi et Maria Corsini, époux, le dimanche 21 octobre 2001.

Par votre intercession, Bienheureux Maria et Luigi, que nos craintes soient balayées afin de nous abandonner totalement au Christ Jésus.

Je vous salue Marie ×3

6. L’engagement dans la société

 

Ecoutons saint Jean-Paul II : « Chères familles, nous avons aujourd’hui une confirmation singulière du fait que le chemin de sainteté accompli ensemble, comme couple, est possible, beau, extraordinairement fécond et qu’il est fondamental pour le bien de la famille, de l’Eglise et de la société. Cela nous invite à invoquer le Seigneur, pour que soient toujours plus nombreux les couples d’époux en mesure de faire transparaître, dans la sainteté de leur vie, le « grand mystère » de l’amour conjugal, qui tire son origine de la création et qui s’accomplit dans l’union du Christ avec l’Eglise (cf. Ep 5, 22-23).

Chers époux, comme tout chemin de sanctification, le vôtre n’est pas facile non plus. Chaque jour, vous affrontez des difficultés et des épreuves pour être fidèles à votre vocation, pour cultiver l’harmonie conjugale et familiale, pour accomplir la mission de parents et pour participer à la vie sociale.

Sachez chercher dans la Parole de Dieu la réponse aux nombreuses interrogations que la vie quotidienne vous pose. Dans la deuxième lecture, saint Paul nous a rappelé que « toute Ecriture est inspirée de Dieu et utile pour enseigner, réfuter, redresser, former à la justice » (2 Tm 3, 16). Soutenus par la force de cette parole, vous pourrez insister ensemble avec vos enfants « à temps et à contretemps », en les admonestant et en les exhortant « avec une patience inlassable et le souci d’instruire » (2 Tm 4, 2). […] Je confie toutes les familles éprouvées à la main providentielle de Dieu et aux soins pleins d’amour de Marie, modèle sublime d’épouse et de mère, qui connut bien la souffrance et la fatigue de suivre le Christ jusqu’au pied de la Croix. Très chers époux, ne vous laissez jamais vaincre par le découragement:  la grâce du sacrement vous soutient et vous aide à élever sans cesse les bras vers le ciel comme Moïse, dont nous a parlé la première Lecture (cf. Ex 17, 11-12). L’Eglise est proche de vous et vous aide par sa prière, en particulier dans les moments difficiles.

Dans le même temps, je demande à toutes les familles de soutenir à leur tour les bras de l’Eglise, afin qu’elle ne vienne jamais à manquer à sa mission d’intercéder, de consoler, de guider et d’encourager. Chères familles, je vous remercie pour le soutien que vous m’apportez, également à moi, dans mon service à l’Eglise et à l’humanité. Chaque jour, je prie le Seigneur afin qu’il aide de nombreuses familles blessées par la misère et par l’injustice et qu’il fasse croître la civilisation de l’amour »[1]Homélie du Pape jean Paul II.

Par votre intercession, Bienheureux Maria et Luigi, nous vous confions toutes les lois et les idées du monde qui blessent la dignité que Dieu nous a donnée (Avortement,GPA, euthanasie, etc.).

Je vous salue Marie ×3

7. Frères et sœurs dans le Christ

 

Ecoutons saint Jean-Paul II : « Très chers amis, l’Eglise a confiance en vous, pour affronter les défis qui l’attendent en ce nouveau millénaire. Parmi les voies de sa mission, « la famille est la première et la plus importante » (Lettre aux Familles, n. 2); l’Eglise compte sur elle, l’appelant à être « un sujet actif d’évangélisation et d’apostolat » (ibid., n. 16).

Je suis certain que vous serez à la hauteur de la tâche qui vous attend, en tout lieu et en chaque circonstance. Chers époux, je vous encourage à assumer pleinement votre rôle et vos responsabilités. Renouvelez en vous-mêmes l’élan missionnaire, en faisant de vos foyers des lieux privilégiés pour l’annonce et l’accueil de l’Evangile, dans un climat de prière et dans l’exercice concret de la solidarité chrétienne.

Que l’Esprit Saint, qui a comblé le cœur de Marie afin que, dans la plénitude des temps, elle conçoive le Verbe de la vie et qu’elle l’accueille en même temps que son époux Joseph, vous soutienne et vous fortifie. Qu’il comble vos cœurs de joie et de paix, afin que vous sachiez rendre louange chaque jour au Père céleste, dont découle toute grâce et bénédiction. Amen! »[1]Homélie de Jean-Paul II.

Par votre intercession, Bienheureux Maria et Luigi, je confie au Seigneur les intentions de tous les membres de notre groupe de prière.

Je vous salue Marie ×3

Final :

Prière à Notre Dame

(Prière du Père Léonce de Grandmaison)

 

marieSainte Marie, Mère de Dieu, gardez-moi un cœur d’enfant, pur et transparent comme une source ;

Obtenez-moi un cœur simple, qui ne savoure pas les tristesses,

Un cœur magnifique à se donner, tendre à la compassion, un cœur fidèle et généreux, qui n’oublie aucun bien et ne tienne rancune d’aucun mal.

Faites-moi un cœur doux et humble, aimant sans demander de retour, joyeux de s’effacer dans un autre Cœur, devant votre divin Fils.

Un cœur grand et indomptable, qu’aucune ingratitude ne ferme, qu’aucune indifférence ne lasse,

Un cœur tourmenté de la gloire de Jésus-Christ, blessé de son Amour, et dont la plaie ne guérisse qu’au ciel.

AMEN