Sainte Marie de Jésus Crucifié, Mariam Baouardy (1846-1878)

Religieuse,
Commémorée le 26 août

Blessed_Mariam_Baouardy_3

« Marie de Jésus Crucifié Baouardy est née à Abellin (Nazareth) le 5 janvier 1846 d’une famille grecque-catholique. Elle est baptisée avec le nom de Mariam. Orpheline à l’âge de deux ans, elle fut adoptée par un oncle avec lequel, en 1854, elle se rendit à Alexandrie d’Egypte. Fiancée à son insu à l’âge de douze ans, elle se coupa les cheveux pour annuler les noces, provoquant la colère de ses oncles qui la reléguèrent en esclave. Elle protesta immédiatement à un ancien domestique qui, sachant les brimades qu’elle subissait de la part de ses proches, l’invitait à renoncer à la foi : « Je suis fille de l’Eglise catholique, apostolique, romaine ». La réaction fut un coup de cimeterre à la gorge. Puis, enveloppée inanimée dans un drap, elle fut abandonnée dans la rue. Elle se réveilla dans une grotte assistée par une religieuse vêtue de bleu azur – Mariam disait que c’était la Sainte Vierge – qui prophétisa sur son avenir. Guérie, elle alla successivement comme domestique à Alexandrie, Jérusalem et Beyrouth.

En 1863, avec la famille Naggiar, elle arriva à Marseille où elle entendit l’appel à la vie consacrée. En 1865, elle entra chez les Sœurs de Saint Joseph de l’Apparition, qui ne l’admirent cependant pas à la profession, épouvantées par les phénomènes extraordinaires que Mariam pensait être une maladie : rapts, visions et, à partir du 29 mars 1867, les stigmates. Le 14 juin 1867, elle entre au Carmel de Pau où elle prit l’habit le 27 juillet avec le nom de Marie de Jésus Crucifié. En 1870, elle partit à Mangalore pour la fondation d’un monastère, mais elle revint à Pau deux années plus tard, à cause d’incompréhensions qui, avec une douloureuse possession diabolique, constituèrent sa grande purification.

En 1872, Sœur Marie confie aux Supérieurs que le Seigneur voulait un Carmel à Bethléem : elle s’y rendit le 11 septembre 1875 grâce à la collaboration généreuse de Berthe Dartigaux. Architecte et directrice des travaux, elle fit une chute le 22 août 1878, se fracturant un bras qui se gangréna. Elle mourut saintement le 26 août. Elle a été béatifiée par saint Jean-Paul II le 13 novembre 1983. Elle a été canonisée le 17 mai 2015 par le Pape François »[i]Vatican.