Sainte Elizabeth et Saint Zacharie (1er siècle)

Parents de saint Jean-Baptiste,
Commémorés le 5 novembre

 

zacharie naissance jean« Zacharie et son épouse Élisabeth, parents de Jean le Baptiste, sont des personnages bibliques de transition : ils appartiennent à la fois à l’Ancien et au Nouveau Testament. C’est par l’évangéliste Luc que nous les connaissons. Luc nous a rapporté la vision que le prêtre Zacharie eut dans la partie intérieure du temple appelée « le saint », où il offrait l’encens. Élisabeth était stérile, et un envoyé de Dieu, l’ange Gabriel, apparaît dans ce lieu au prêtre qui officiait, et il lui annonce la naissance d’un fils. Ce sera le futur Précurseur de Jésus-Christ. « J’ai été envoyé pour te faire connaître cette bonne nouvelle », dit-il.

A la suite de cette vision, Zacharie était devenu muet, et sourd, semble-t-il. Il le restera jusqu’au moment où l’on circoncira l’enfant. Punition pour n’avoir pas eu assez foi en la parole de l’ange, comme celui-ci le laisse entendre. Mais n’y a-t-il pas aussi, comme il en sera plus tard pour Paul qui devint aveugle sur le chemin de Damas, une sorte de retrait des sens s’effaçant pour que Zacharie puisse plus facilement intérioriser le message reçu d’en Haut ? Lorsqu’il retrouvera l’usage de la parole, ce qui jaillira de son cœur plein, sera le cantique appelé Benedictus, car il bénit Dieu pour son intervention dans la vie de son peuple, où commence à se réaliser le plan du salut pour tous les hommes.

Quant à Élisabeth, son chant d’action de grâce et sa joie, elle les avait exprimés lorsqu’elle était encore enceinte, lors de la visite de Marie, sa cousine. En attendant son enfant, comme la Vierge Marie, comme Zacharie, elle avait médité dans son cœur les merveilles accomplies par le Très-Haut. On nous dit, en effet, qu’elle avait gardé le silence et la solitude durant cinq mois.
Que sont devenus ensuite Zacharie et Élisabeth ? Ils disparaissent totalement des textes sacrés ; Luc nous dit qu’ils étaient justes devant Dieu, et qu’ils suivaient irréprochablement tous les commandements du Seigneur »[i].