Solennité de la Nativité de notre Seigneur Jésus Christ

 (Messe du Verbe Divin ou Messe du Jour de Noël)

cixj6goj

« Aujourd’hui, frères bien-aimés, Notre-Seigneur est né. Réjouissons-nous ! Le Verbe Divin, Dieu lui-même, s’est fait homme pour délivrer l’homme de la mort éternelle. Pour ce faire, il s’est abaissé jusqu’à nous, mais sans rien perdre de sa majesté. Il est devenu ce qu’il n’était pas, tout en demeurant tout ce qu’il était. Il unit donc la forme de l’esclave à la forme dans laquelle il est égal à Dieu le Père. De la sorte, il a lié entre elles deux natures, de telle façon qu’il n’a pas détruit la nature inférieure par sa glorification et n’a pas amoindri la nature supérieure par l’addition de l’autre » (Saint Léon le Grand, sermon 21 sur la Nativité). 
Introït de la Messe : « Puer natus est nobis, et fílius datus est nobis : cuius impérium super húmerum eius : et vocábitur nomen eius magni consílii Angelus. Ps. : Cantáte Dómino cánticum novum, quia mirabília fecit. Glória Patri… Puer natus… » : « Un enfant nous est né, un fils nous est donné, sur ses épaules sont l’insigne du pouvoir, on l’appelle l’envoyé du grand dessein de Dieu : il est le Sauveur. Ps. : Chantez au Seigneur un chant nouveau, car il a fait des merveilles. Gloire au Père… Un enfant… ».

 

A chaque fois que Dieu veut se manifester, Il Se sert des événements en apparence les plus indifférents pour parvenir à Ses fins. La Sainte Vierge Marie habitait Nazareth, et les prophètes annonçaient que le Messie devait naître à Bethléem. Mais voici qu’un édit de César-Auguste ordonne à tous les habitants de la Judée d’aller, à une époque déterminée, se faire enregistrer dans leur ville natale. Bethléem étant le lieu de naissance de Joseph, c’est donc là que se dirigèrent les saints époux; c’est là, conformément à l’annonce des Prophètes, que Jésus-Christ, le Verbe de Dieu, va faire Son apparition dans ce monde. Saint Joseph cherche une hôtellerie, mais il n’y en a pas pour des gens si pauvres; on les rebute, on les dédaigne, et ils sont contraints de chercher asile dans une étable isolée. Tout en gardant parfaitement intacte sa virginité, c’est là, au milieu de la froide nuit, que la Sainte Vierge donne miraculeusement naissance à Son Divin Fils Jésus, le Verbe incarné; c’est là que le doux Sauveur reçoit les premières adorations, là qu’on Lui prodigue les premiers baisers et les premières caresses, là aussi qu’Il verse Ses premières larmes !

La Sainte Vierge Marie prend l’Enfant Divin dans Ses bras, le couvre de pauvres langes et le couche doucement dans une froide crèche. Le Sauveur annoncé par les prophètes est né, et voici que les Cieux retentissent de chants d’allégresse; les saints anges entonnent à l’envi le cantique du triomphe : « Gloire à Dieu au plus haut des cieux ! » Juste après sa divine naissance, de pauvres bergers, avertis par les anges, vont venir adorer, dans ce petit Enfant, le Rédempteur d’Israël (traditionnellement, nous méditons l’adoration des bergers lors de la « Messe de l’Aurore »). Saluons Noël, aurore de la paix et du salut.

 


• TEXTES LITURGIQUES (IN NATIVITATE DOMINI – AD MISSAM IN DIE)


 

– Isaïe 52, 7-10 : Eclatez en cris de joie, ruines de Jérusalem !

– Psaume 98, 1 : La terre entière a vu le Sauveur que Dieu nous donne

– Hébreux 1, 1-6 : Tu es mon Fils, aujourd’hui, je t’ai engendré

– Jean 1, 1-18 : Prologue de Saint Jean : Le Verbe s’est fait chair ».

Source : Notre Dame des Neiges Lien ici