La Communion des saints


Leçon


 

Que veulent dire ces mots : la « Communion des Saints » ?

Ces mots signifie que les membres de l’Eglise sont unis entre eux.

Quels sont les membres de l’Eglise qui sont unis par la Communion des saints ?

Les membres de l’Eglise unis par la Communion des saints sont : les Saints du Ciel, les âmes du Purgatoire et les fidèles de la terre. Les Saints du Ciel sont appelés « l’Eglise triomphante », les âmes du purgatoire, « l’Eglise souffrante » et les fidèles de la terre, « l’Eglise militante ».

Tous ces membres ne forment qu’une seule Eglise : celle de Jésus-Christ.

Ensemble, ils ne forment qu’un corps : c’est ce qu’on appelle le corps mystique du Christ.

Comment sommes-nous unis aux Saints du Ciel ?

Nous sommes unis aux Saints du Ciel par les prières que nous leur faisons et par les grâces qu’ils nous obtiennent de Dieu.

Comment sommes-nous unis aux âmes du purgatoire ?

Nous sommes unis aux âmes du purgatoire par les prières et les bonnes oeuvres que j’offre à Dieu pour leur soulagement.

Il faut célébrer des messes pour elles, car le sacrifice du Christ est la prière la plus puissante pour les soulager.

Comment les fidèles de la terre sont unis entre eux ?

Les fidèles de la terre sont unis parce que chacun profite des prières et des mérites de tous.

Les mérites de Jésus-Christ, de la Vierge Marie et des Saints, le Sacrifice de la Messe, les sacrements et les bonnes oeuvres des fidèles, constituent ce que l’on appelle les biens spirituels des membres de l’Eglise. Ces biens sont à la disposition de tous.


En Pratique…


 

Pour ma vie

Je penserai que si je fais le bien, tout le monde en profite, si je fais le mal, tout le monde en souffre. Je penserai aussi que l’Eglise, ce n’est pas seulement l’Eglise de la terre. J’invoquerai les saints du Ciel et prierai pour les âmes du purgatoire.

Prière

« Répandez Seigneur vos bénédictions sur mes parents, mes bienfaiteurs, mes amis et mes ennemis ». « Dieu de bonté et de miséricorde, ayez aussi pitié des âmes des fidèles qui sont dans le purgatoire. Donnez leur le repos et la lumière éternelle ».

Parole de Dieu

« Vous êtes le Corps du Christ et vous êtes ses membres, chacun pour sa part » (Saint Paul, I, Cor, XII, 27)

Liturgie

Le 1er novembre, afin d’honorer dans un même jour tous les saints et saintes du Ciel, l’Eglise célèbre la fête de la Toussaint. C’est une des quatre fête obligatoire. La couleur des ornements est le blanc ou le doré.

Bibiographie

Catéchisme pour les diocèses de langue française, éditions Clovis, réédition des catéchismes des chanoines Quinet et Boyer, Suresnes, 2015, p.122-124.


Aller plus loin avec le Catéchisme de l’Eglise catholique

Article 9 : « Je crois à la sainte Eglise Catholique »

Paragraphe 5 : La communion des saints


 

 Qu’est ce que la communion des saints ?

 

“Après avoir confessé « la sainte Église catholique« , le Symbole des apôtres ajoute « la communion des saints« . Cet article est, d’une certaine façon, une explicitation du précédent : « Qu’est-ce que l’Église sinon l’assemblée de tous les saints ? » (Nicétas, symb. 10 : PL 52, 871B). La communion des saints est précisément l’Église.

“Puisque tous les croyants forment un seul corps, le bien des uns est communiqué aux autres (…) Il faut de la sorte croire qu’il existe une communion des biens dans l’Église. Mais le membre le plus important est le Christ, puisqu’Il est la tête (…) Ainsi, le bien du Christ est communiqué à tous les membres, et cette communication se fait par les sacrements de l’Église » (S. Thomas d’Aquin, symb. 13).  » Comme cette Église est gouvernée par un seul et même Esprit, tous les biens qu’elle a reçus deviennent nécessairement un fond commun”(CEC, R.1, 10, 24).

Le terme « communion des saints » a dès lors deux significations, étroitement liées : « communion aux choses saintes, sancta » et « communion entre les personnes saintes, sancti ».

“Sancta sanctis ! (Ce qui est saint pour ceux qui sont saints) » est proclamé par le célébrant dans la plupart des liturgies orientales lors de l’élévation des saints Dons avant le service de la communion. Les fidèles (sancti) sont nourris du Corps et du Sang du Christ (sancta) afin de croître dans la communion de l’Esprit Saint (Koinônia) et de la communiquer au monde.

Qu’est-ce que la communion des biens spirituels ?

 

“Dans la communauté primitive de Jérusalem, les disciples « se montraient assidus à l’enseignement des apôtres, fidèles à la communion fraternelle, à la fraction du pain et aux prières » (Ac 2,42) :

La communion dans la foi. La foi des fidèles est la foi de l’Église reçue des apôtres, trésor de vie qui s’enrichit en étant partagé.

La communion des sacrements. « Le fruit de tous les sacrements appartient à tous. Car les sacrements, et surtout le Baptême qui est comme la porte par laquelle les hommes entrent dans l’Église, sont autant de liens sacrés qui les unissent tous et les attachent à Jésus-Christ. La communion des saints, c’est la communion des sacrements (…). Le nom de communion peut s’appliquer à chacun d’eux, car chacun d’eux nous unit à Dieu (…). Mais ce nom convient mieux à l’Eucharistie qu’à tout autre, parce que c’est elle principalement qui consomme cette communion » (Catech. R. 1, 10, 24).

La communion des charismes. Dans la communion de l’Église, l’Esprit Saint « distribue aussi parmi les fidèles de tous ordres (…) les grâces spéciales » pour l’édification de l’Église (LG 12). Or, « à chacun la manifestation de l’Esprit est donnée en vue du bien commun » (1 Co 12, 7).

« Ils mettaient tout en commun » (Ac 4,32) : « Tout ce que le vrai chrétien possède, il doit le regarder comme un bien qui lui est commun avec tous, et toujours il doit être prêt et empressé à venir au secours de l’indigent et de la misère du prochain » (Catech. R. 1, 10, 27). Le chrétien est un administrateur des biens du Seigneur (cf. Lc 16,1. 3).

La communion de la charité. Dans la sanctorum communio « nul d’entre nous ne vit pour soi-même, comme nul ne meurt pour soi-même » (Rm 14,7). « Un membre souffre-t-il ? tous les membres souffrent avec lui. Un membre est-il à l’honneur ? tous les membres prennent part à sa joie. Or vous êtes le Corps du Christ, et membres chacun pour sa part » (1 Co 12, 26-27). « La charité ne cherche pas ce qui est à elle » (1 Co 13, 5 ; cf. 10, 24). Le moindre de nos actes fait dans la charité retentit au profit de tous, dans cette solidarité avec tous les hommes, vivants ou morts, qui se fonde sur la communion des saints. Tout péché nuit à cette communion.

Qu’est-ce que la communion de l’Église du ciel et de la terre ?

 

« Les trois états de l’Église. « En attendant que le Seigneur soit venu dans sa majesté accompagné de tous les anges et que la mort détruite, tout lui soit soumis, les uns parmi ses disciples continuent sur terre leur pèlerinage ; d’autres, ayant achevé leur vie, se purifient encore ; d’autres enfin sont dans la gloire contemplant dans la pleine lumière, tel qu’il est, le Dieu un en trois Personnes » (LG 49) :

Tous cependant, à des degrés divers et sous des formes diverses, nous communions dans la même charité envers Dieu et envers le prochain, chantant à notre Dieu le même hymne de gloire. En effet, tous ceux qui sont du Christ et possèdent son Esprit, constituent une seule Église et se tiennent mutuellement comme un tout dans le Christ (LG 49).

« L’union de ceux qui sont encore en chemin avec leurs frères qui se sont endormis dans la paix du Christ ne connaît pas la moindre intermittence ; au contraire, selon la foi constante de l’Église, cette union est renforcée par l’échange des biens spirituels » (LG 49).

L’intercession des saints. « Étant en effet plus intimement liés avec le Christ, les habitants du ciel contribuent à affermir plus solidement l’Église en sainteté (…). Ils ne cessent d’intercéder pour nous auprès du Père, offrant les mérites qu’ils ont acquis sur terre par l’unique Médiateur de Dieu et des hommes, le Christ Jésus (…). Ainsi leur sollicitude fraternelle est du plus grand secours pour notre infirmité » (LG 49) :

« Ne pleurez pas, je vous serai plus utile après ma mort et je vous aiderai plus efficacement que pendant ma vie » (S. Dominique, mourant, à ses frères). « Je passerai mon ciel à faire du bien sur la terre » (Ste. Thérèse de l’Enfant-Jésus).

La communion avec les saints. « Nous ne vénérons pas seulement au titre de leur exemple la mémoire des habitants du ciel ; nous cherchons bien davantage par là à renforcer l’union de toute l’Église dans l’Esprit grâce à l’exercice de la charité fraternelle. Car tout comme la communion entre les chrétiens de la terre nous approche de plus près du Christ, ainsi la communauté avec les saints nous unit au Christ de qui découlent, comme de leur chef, toute grâce et la vie du Peuple de Dieu lui-même » (LG 50) :

« Le Christ, nous l’adorons, parce qu’il est le fils de Dieu ; quant aux martyrs, nous les aimons comme disciples et imitateurs du Seigneur, et c’est juste, à cause de leur dévotion incomparable envers leur roi et maître ; puissions-nous, nous aussi, être leurs compagnons et leurs condisciples (S. Polycarpe, mart. 17).

La communion avec les défunts. « Reconnaissant dès l’abord cette communion qui existe à l’intérieur de tout le corps mystique de Jésus-Christ, l’Église en ses membres qui cheminent sur terre a entouré de beaucoup de piété la mémoire des défunts dès les premiers temps du christianisme en offrant aussi pour eux ses suffrages ; car ‘la pensée de prier pour les morts, afin qu’ils soient délivrés de leurs péchés, est une pensée sainte et pieuse » (2 M 12, 45) (LG 50). Notre prière pour eux peut non seulement les aider mais aussi rendre efficace leur intercession en notre faveur.

Dans l’unique famille de Dieu. « Lorsque la charité mutuelle et la louange unanime de la Très Sainte Trinité nous font communier les uns aux autres, nous tous, fils de Dieu qui ne faisons dans le Christ qu’une seule famille, nous répondons à la vocation profonde de l’Église » (LG 51).

En Bref :

L’Église est « communion des saints » : cette expression désigne d’abord les « choses saintes » (sancta), et avant tout l’Eucharistie, par laquelle « est représentée et réalisée l’unité des fidèles qui, dans le Christ, forment un seul Corps » (LG 3).

Ce terme désigne aussi la communion des « personnes saintes » (sancti) dans le Christ qui est « mort pour tous », de sorte que ce que chacun fait ou souffre dans et pour le Christ porte du fruit pour tous.

« Nous croyons à la communion de tous les fidèles du Christ, de ceux qui sont pèlerins sur la terre, des défunts qui achèvent leur purification, des bienheureux du ciel, tous ensemble formant une seule Église, et nous croyons que dans cette communion l’amour miséricordieux de Dieu et de ses saints est toujours à l’écoute de nos prières » (SPF 30).

Bibiographie

Catéchisme de l’Eglise catholique, 2003, chap.9, paragraphe 5 : http://www.vatican.va/archive/FRA0013/__P25.HTM